Une centaine de pompiers du Doubs en manifestation à Paris

Publié le 15/10/2019 - 15:27
Mis à jour le 15/10/2019 - 17:04

Les sapeurs-pompiers se mobilisent mardi 15 octobre 2019 à Paris pour demander une revalorisation salariale ainsi que des garanties face aux agressions et sur le maintien de leur retraite. Une "centaine" de soldats du feu du Doubs a fait le déplacement.

92Pompiers091.JPG
©Alexane Alfaro
PUBLICITÉ

Plusieurs milliers de sapeurs-pompiers professionnels étaient attendus ce mardi après-midi à Paris pour une manifestation nationale. "Une centaine de pompiers du Doubs est montée" selon M. Vuillet de la CGT.

Conformément aux précisions, les manifestants sont nombreux - environ 7000 selon les premières sources sur place. Ils réclament notamment une revalorisation salariale ainsi que des garanties face aux agressions et sur le maintien de leur retraite, ont indiqué lundi leurs syndicats.

Le défilé est parti après 14h de la place de la République et devra s’achever vers 18 heures place de la Nation. Il poursuit un mouvement de grève entamé en juin pour les mêmes motifs. Très suivi selon les syndicats, il n’a toutefois pas entraîné de perturbations majeures, les pompiers étant astreints à un service minimum.

Une grève dans 90 % des SDIS, selon les syndicats

"Nous manifestons, car ni le gouvernement, ni les collectivités locales qui financent les services départementaux d’incendie et de secours (SDIS) n’ont répondu à nos attentes", expliquait André Goretti, président du FA/SPP-PATS, premier des neuf syndicats de pompiers professionnels, qui appellent tous à manifester.

Selon ces organisations, la grève a été suivie ces derniers mois dans 90 % des SDIS. Devant l’Assemblée nationale cet été, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner avait, lui, avancé un chiffre de "5 %" de grévistes.

Un système « malade »

André Goretti décrit un système de secours français « malade » avec des pompiers "en sous-effectifs" face à l’augmentation constante du nombre d’interventions, notamment les missions d’assistance médico-sociale (carences ambulancières, assistance de personnes âgées…) qui ont explosé ces dernières années alors qu’elles ne font au départ pas partie de leur cœur de métier, l’urgence.

Les syndicats réclament au niveau salarial une revalorisation de la prime de feu (28 % du salaire de base, contre 19 % actuellement) à hauteur des primes de risques accordées aux policiers et gendarmes, ainsi qu’une meilleure protection face aux agressions dont le nombre augmente chaque année.

(Avec AFP)

1 Commentaire

C'est une honte de voire les policiers de paris envoyer du gaz laclimogène et de brutaliser nos sauveurs qui sont pas respectés et payés 3 fois rien et ils risquent leur vie étant marié avec et sans enfants et risquant à tout moments d'une intervention que leur femme se trouve seul. C'est dégueulasse de voir sa de nos jours et nous savons en + qui les frappent et maintenant on brûle les policiers
Publié le 16 octobre à 08h58 par Pascal Carry • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Une trentaine d’infirmier.eres de bloc opératoire manifeste au CHU de Besançon

Suite à l'appel à la grève nationale de l'Union syndicale des associations d'infirmie.eres de bloc opératoire diplômé.es d'Etat (Unaibode) dont le Syndicat national des infirmiers de bloc opératoire (Snibo), une trentaine d'infirmier.eres de bloc opératoire (Ibode) s'est rassemblée jeudi 7 novembre 2019 sur le parvis du CHU de Besançon. Pourquoi les Ibode sont-ils en grève ? Réponses…

« Pour défendre notre système de santé », un rassemblement devant l’ARS à Besançon le 14 novembre 2019

Les organisations syndicales représentatives médicales et paramédicales CFDT, CGT, Solidaires ( ou SUD) et UNSA du Doubs appellent à un rassemblement de tous les salarié-es et usag-è-r-e-s pour jeudi 14 novembre 2019 pour défendre notre système de Santé et d’Action Sociale.

Entre 50 et 70 tracteurs dans Besançon et devant la préfecture

[Mis à jour] • La FDSEA et les JA du Doubs ont décidé de répondre à l’appel à mobilisation national lancé par leurs réseaux FNSEA et JA Nat. Trois convois de tracteurs se sont mis devant la Préfecture de Besançon ce 22 octobre 2019. Selon le FDSEA du Doubs, 150 agriculteurs sont mobilisés. Ils ont ensuite déambulé, en tracteur, dans Besançon, avant de partir vers 15h.

« Macron, réponds-nous » : trois convois de tracteurs à Besançon mardi 22 octobre

La Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles et les Jeunes agriculteurs appellent à une mobilisation nationale mardi 22 octobre 2019. Trois convois de tracteurs circuleront à Besançon pour arriver devant la préfecture du Doubs à 11 heures. Objectif : interpeller      le président de la République Emmanuel Macron.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 0.44
couvert
le 15/11 à 0h00
Vent
1.46 m/s
Pression
996 hPa
Humidité
94 %

Sondage