Une seconde chance pour le saxifrage "oeil-de-bouc"

Publié le 11/08/2017 - 07:15
Mis à jour le 11/08/2017 - 07:15

Après plus de 10 ans de travail de recherche et d'expérimentation ex situ, l’année 2017 marque pour le Conservatoire botanique national de Franche-Comté–Observatoire régional des Invertébrés (CBNFC-ORI), le lancement du projet de réintroduction du Saxifrage oeil-de-bouc, en danger critique d’extinction et dont la dernière station française connue à ce jour est située dans le Doubs.

une fleur en voie d’extinction

PUBLICITÉ
  • Projet inédit en France de par son envergure, il prévoit la réintroduction de plus de 10.000 individus, de 2017 à 2027.
  • Le conservatoire propose de suivre  les grandes étapes de cette aventure sur son  site web ou sa page Facebook !

Juin 2017 : Le compte à rebours est lancé !

Après 10 ans de tests de culture en jardins botaniques (Besançon, Nancy, Mulhouse et Lausanne), les plants en conservation ont été transférés au jardin de curé de la Rivière-Drugeon, pour qu’ils puissent doucement s’acclimater aux conditions extérieures du Haut-Doubs. Les premiers saxifrages étaient enfin prêts à être replantés…

De la préparation minutieuse, au grand jour…

Cette première expérience a été menée par deux botanistes du CBNFC-ORI, Olivier Billant et Julien Guyonneau et Cédric Bouvier, l’un des jardiniers du jardin botanique de l’Université de Franche-Comté et de la Ville de Besançon, les mardi 27 et jeudi 29 juin dans le Doubs et le Jura.

Repérer et marquer chaque plants…

Délicatement plantés un à un, les pieds de saxifrages ont ensuite été minutieusement géolocalisés et marqués, à l’aide d’un tachéomètre. L’équipe a également relevé l’état de santé des plants et différents paramètres de terrain pour effectuer un suivi et définir les meilleures conditions de reprise.

Les retours sur cette première tentative seront prochainement en ligne sur le site www.cbnfc.org !

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Niveau d’alerte déclenché pour les nappes phréatiques du Grand Pontarlier

Niveau d’alerte déclenché pour les nappes phréatiques du Grand Pontarlier

Alors que la Préfecture du Doubs plaçait la semaine dernière le département en sécheresse alerte niveau 1 impliquant des mesures de restriction ou d'interdiction des usages de l'eau. La nappe phréatique alimentant les usagers du territoire du Grand Pontarlier entre également en niveau d'alerte ce 18 juillet 2019.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 23.13
ciel dégagé
le 21/07 à 18h00
Vent
2.38 m/s
Pression
1021.97 hPa
Humidité
62 %

Sondage