Vague d'agressions au taser à la sortie du lycée Victor Hugo à Besançon

Publié le 10/02/2016 - 19:40
Mis à jour le 11/02/2016 - 11:20

Depuis environ trois semaines, une dizaine d'élèves a été agressée par une bande de jeunes âgés de 13 à 15 ans et menée par une personne majeure à la sortie du lycée Victor Hugo à Besançon. 

lvh.large_.jpg
©DR

exclu

PUBLICITÉ

La première agression est survenue il y a trois semaines contre une jeune fille qui marchait en direction de son lycée et qui a reçu un coup de pistolet électrique de contact « un peu comme un jeu » précise le personnel de l’établissement, c’est-à-dire sans raison.

Une autre agression s’est produite quelques jours plus tard contre un élève en classe de seconde. Il a lui aussi reçu un coup de pistolet électrique, mais cette fois-ci pour lui racketter de l’argent. 

Les autres agressions, au taser et à la bombe lacrymogène, se sont produites contre des étudiants en prépa dans ce lycée. Ces élèves, qui ont des cours finissant parfois à 19 heures, partent du lycée tandis qu’il y a peu de passages et peuvent être plus vulnérables. Il leur a été conseillé de quitter l’établissement regroupés. 

Ces actes se produisent à une centaine de mètres de l’établissement, dans les rues adjacentes. 

Enfin, cette même bande a tenté de pénétrer dans une résidence étudiante à côté du lycée. « Ils ont tapé à toutes les portes et ont essayé d’entrer dans les chambres » nous explique-t-on, mais sans succès. 

Les forces de l’ordre ainsi que le personnel de l’établissement sont en étroite collaboration afin de mettre un terme à cette vague d’agressions « une bonne fois pour toutes ». Une enquête est ouverte.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Jonathann Daval a admis qu’il avait « procédé à la crémation partielle du corps » d’Alexia

Jonathann Daval a admis qu’il avait « procédé à la crémation partielle du corps » d’Alexia

Lundi 17 juin 2019, Jonathann Daval a livré des aveux complets lors d'une reconstitution qui s'est déroulée pendant sept  heures à Gray en Haute-Saône, reconnaissant avoir lui-même "procédé à la crémation du corps" de sa femme Alexia et lui avoir porté des coups violents, a déclaré le procureur de Besançon Etienne Manteaux.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 16.33
ciel dégagé
le 17/06 à 21h00
Vent
1.71 m/s
Pression
1017.02 hPa
Humidité
90 %

Sondage