Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

La reprise du fabricant de collants Gerbe sera prononcée lundi

© capture d'écran/www.gerbe.com - cliquez sur l'image pour agrandir
Par des Chinois ?

Placé en redressement judiciaire depuis mi-juillet, le fabricant de collants Gerbe,
basé à Saint-Vallier (Saône-et-Loire) attend l'annonce de sa reprise par le tribunal de commerce de Chalon-sur-Saône ce lundi.

Publicité

Deux projets de reprise ont été présentés lundi matin devant le tribunal : celui du fabricant français de chaussettes Tricotage des Vosges face au groupe hôtelier chinois Chongquing Tianci Hot-Spring group, selon l'administrateur judiciaire Me Maurice Picard.

"Le dossier chinois semble recueillir davantage d'avis favorables", a ajouté à l'AFP Me Picard, précisant que 42 des 62 emplois seraient préservés par l'entreprise chinoise, qui a acquis début 2015 le château d'Esclimont (Eure-et-Loir), tandis que le candidat français en conserverait 32.

Selon le représentant CFTC des salariés de Gerbe, Mario Barbosa, "un des deux projets sort du lot sur plusieurs points". "Pour nous, la préservation de l'emploi est très importante", a-t-il poursuivi. Le fabricant de bas et collants Gerbe, en graves difficultés financières, avait été placé en redressement judiciaire le 16 juillet.

Fondée en 1904 par Stéphane Gerbe et spécialisée dans le haut de gamme, la manufacture de Saint-Vallier a connu plusieurs épisodes de redressement judiciaire, selon le site internet de l'entreprise. En 2003, elle avait été rachetée par la société Rhovyl, basée à Tronville-en-Barrois (Meuse), spécialisée dans les fibres synthétiques, entraînant le départ de 31 personnes sur les 229 employés que comptait alors Gerbe. En 1995, l'effectif du groupe textile s'élevait à environ 530 personnes.

(Source : AFP)

Hannah