Affaire Péchier : "une avancée majeure" dans l'instruction

Publié le 31/03/2023 - 16:30
Mis à jour le 16/04/2023 - 22:35

L'affaire Frédéric Péchier a connu une "avancée majeure" avec le dépôt des dernières expertises, socle des six dernières mises en examen de l'anesthésiste désormais soupçonné 30 empoisonnements de patients dont 12 mortels, a déclaré vendredi le procureur de la République de Besançon.

Le Dr F. Péchier et son avocat Randall Schwerdorffer à besançon (mars 2017) ©Hélène L. ©
Le Dr F. Péchier et son avocat Randall Schwerdorffer à besançon (mars 2017) ©Hélène L. ©

 "C'est une avancée majeure que le dépôt de ces 32 rapports attendus, avec un travail considérable dans chaque dossier, accompli par deux experts", a souligné Etienne Manteaux lors d'une conférence de presse durant laquelle il a détaillé, cas par cas, les conclusions de chacun de ces rapports. La fin de l'instruction ne semble toutefois pas encore en vue, des recours ayant été formés, notamment par la défense, et d'autres actes sont en cours, a tempéré le magistrat. Celui-ci ne peut "à cette heure nullement (se) prononcer sur la clôture de cette information judiciaire", ni donner une "date probable".

Trois journées d’interrogatoires

Remise récemment, cette troisième série d'expertises a servi de socle aux trois journées d'interrogatoires menées ces dernières semaines par la juge d'instruction Marjolaine Poinsard, achevées mercredi et qui ont vu M. Péchier, 51 ans, être mis en examen pour six nouveaux cas présumés d'empoisonnements de patients. Au total, sur les 32 cas dont elle était saisie, la juge l'a mis en examen pour 30 d'entre eux, dont douze mortels. Il a été placé sous le statut, plus favorable, de témoin assisté pour les deux restants, faute de charges suffisantes.

“Des erreurs médicales” selon M.Péchier

Péchier est soupçonné d'avoir pollué, entre 2008 et 2017, les poches de perfusion de patients dans deux cliniques privées de Besançon pour provoquer des arrêts cardiaques puis démontrer ses talents de réanimateur, mais aussi pour discréditer des collègues avec lesquels il était en conflit. Après avoir gardé le silence durant les deux premiers interrogatoires, M.Péchier a soutenu mercredi que la majorité des incidents survenus sur la table d'opération résultaient “d’erreurs médicales" de ses confrères, a relaté M. Manteaux.

Des produits comme de la lidocaïne administrés aux patients

Dans la grande majorité des cas, les expertises ont conclu à des "suspicions fortes" que des produits, comme de la lidocaïne, avaient été administrés aux patients venus se faire opérer dans les deux cliniques de Besançon où officiait M. Péchier, a souligné M. Manteaux. La présence de M. Péchier au moment où les patients étaient victimes d'arrêts cardiaques sur la table d'opération a également été relevée par plusieurs de ses collègues anesthésistes, désemparés devant les événements indésirables graves (EIG) dont étaient subitement victimes leurs patients, auxquels M. Péchier venait administrer un antidote, a-t-il encore indiqué.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

video grande heure nature village

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 17.23
peu nuageux
le 08/06 à 21h00
Vent
1.6 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
84 %