250.000 euros d'amende pour une vingtaine de notaires épinglés pour entente 

Publié le 24/06/2019 - 17:28
Mis à jour le 25/06/2019 - 11:10

Une vingtaine de notaires en Franche-Comté réunis dans un groupement ont été collectivement sanctionnés par l'Autorité de la Concurrence lundi 24 juin 2019 à 250.000 euros d'amende pour s'être entendus sur les prix, afin de détourner la "loi Macron" votée en 2015 pour libéraliser la profession.

notaires franche comte?
© Tama 66 PXB CC0
PUBLICITÉ

Ces 21 notaires, regroupés au sein d’un groupement d’intérêt économique (GIE) baptisé Notimo, ont « mis en place une entente tarifaire contraire au droit de la concurrence », établissant un « barème » pour les prestations de négociations immobilières, explique l’Autorité dans sa décision.

Une pratique qui va à l’encontre de la loi Macron prévoyant justement la fin d’un tarif réglementé pour ces prestations et la possibilité pour les notaires de fixer librement leurs tarifs.

La chambre interdépartementale des notaires de Franche-Comté a également été sanctionnée à hauteur de 45.000 euros pour avoir « facilité la commission de l’infraction », mettant notamment son secrétariat à la disposition du GIE et « en ne dénonçant pas la pratique illicite aux autorités ».

« Les tarifs ainsi fixés induisaient une forte augmentation des honoraires de négociation immobilière par rapport aux tarifs réglementés. En moyenne, les prix étaient 20% au-dessus de ceux affichés par les autres offices de la région », précise l’Autorité dans sa décision.

Les membres de l’entente étaient par ailleurs conscients du caractère illégal de leur pratique. « N’oublions pas que nous pourrions tomber sous le coup de l’entente illicite », indiquait par exemple un compte-rendu de réunion.

L’Autorité de la Concurrence estime qu’il s’agit d’une « pratique grave dans la mesure où elle est survenue dans un secteur où l’espace concurrentiel est fortement limité par la réglementation et dans le but de faire échec à la réforme voulue par le législateur ».

Notimo comme la chambre des notaires n’ont pas contesté les faits et ont obtenu le bénéfice de la transaction pour voir leurs sanctions réduites à ces montants. 

(AFP)

2 Commentaires

Bonjour, Super les professions juridiques, quelle éthique et quel sens de l'honneur, de la probité et de LA LOI. Pour rappel, le notaire est un juriste investi d'une mission d'autorité ! Et bien évidemment pas de poursuite au Civil, c'est une honte ! Pour les 21 notaires, il n'y a pas de soucis pour payer l'amende et ils vont recommencer !
Publié le 26 juin à 18h40 par VALERIE CARDINAUX • Membre
qui sont ces 21 Notaires ????? oh , mille excuses , question indiscrète !!!! je peux vous assurer que dans un pareil cas , entrepreneurs , promoteurs ou autres industriels , nous aurions la liste immédiatement !!!!!
Publié le 18 juillet à 11h30 par yvon belin • Membre

2 commentaires

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.41
ciel dégagé
le 14/10 à 0h00
Vent
3.4 m/s
Pression
1016.09 hPa
Humidité
80 %

Sondage