Avengers Endgame : premier au box office mondial

Publié le 04/08/2019 - 17:00
Mis à jour le 05/08/2019 - 10:25

(CRITIQUE) • Sorti le 24 avril 2019 dernier, le dernier opus des « Avengers » est finalement devenu plus gros succès du cinéma mondial, dépassant Avatar et ses 2,7 milliards de dollars de recettes. A Besançon aussi, il s’est imposé au public. Mais ce succès est il mérité ? Critique – sans spoil…

Le film a dépassé Avatar et ses 2,790 milliards de dollars de recettes ©Marvel © ©Marvel
Le film a dépassé Avatar et ses 2,790 milliards de dollars de recettes ©Marvel © ©Marvel

Mondialement, le film est un carton plein. Meilleur démarrage de l’histoire du cinéma, il a d’abord dépassé Infinity War, le précédent opus Marvel, puis Titanic, avec ses 2,1 milliards de dollars de recettes. Et enfin Avatar, le n°1, qui culminait à 2,7 milliards.

(Les Avengers coulent le Titanic)

Les Mégarama de Besançon n'ont pas désempli

En France, le succès est aussi au rendez-vous : le blockbuster de nos super-héros préférés a attiré 2,8 millions de spectateurs en seulement cinq jours – même si c’est toujours moins que « Bienvenue chez les Chtis » qui plafonne à 3,6 millions sur le même laps de temps.

Et la Franche-Comté n’est pas épargnée par le phénomène. Les cinémas Mégarama de Besançon ont enregistré plus de 13 000 entrées en une semaine (plus de 5000 pour les Beaux-Arts et plus de 8000 pour Ecole-Valentin). "C’est trois à quatre fois de plus qu’un film normal » explique Cédric Louvet, directeur du cinéma des Beaux-Arts ; « les deux premières semaines c’était vraiment la folie, les salles ne désemplissaient pas. Le film devrait dépasser Avatar dans les jours qui viennent" prévoyait-il y a quelques semaines. Et à raison.

Que penser du film ?

Selon lui, les retours des spectateurs sont mitigés, bien que globalement bons : "beaucoup ont adoré, certains ont trouvé ça trop long (trois heures) ; personnellement, je l'ai vu et j'ai vraiment accroché" s'amuse le directeur.

Le nouveau numéro 1 du cinéma mondial mérite-t-il donc son statut ? Serait-il le fruit d’une campagne de communication réussie ? D’une forte attente des fans ? Ou est-il simplement phénoménal ?

Critique subjective

Pour moi en tout cas c’est clair : le film n’est pas le chef d’œuvre absolu que son statut laisse entendre. Ce n’est même pas le meilleur Marvel.

Deux heures de déjà-vu

Outre quelques prises de risques inattendues et originales – la « transformation » de Thor et Hulk, l’ambiance pesante et le fatalisme des trente premières minutes – le scénario est cousu de fil blanc. Bien évidemment, comme prévu, le seul moyen de ramener nos héros est le seul qu’on imagine et bien évidemment, Thanos est de nouveau le méchant à combattre.

Plutôt qu’un nouveau film au scénario original, on revoit pendant près de deux heures un Infinity War bis, avec carrément les mêmes scènes. Certaines sont les bienvenues, comme Thor qui retrouve Thanos ; d’autres sont vraiment de trop, comme l’intrigue entre Gamorra et sa sœur qu’on avait déjà avalé dans les Gardiens de Galaxie et Infinty War jusqu’à plus soif, et qu’on nous ressert pendant de longues minutes.

Entre gravité et comique ballot

Aussi, on est bien loin de l’ambiance pesante d’Infinity War, qui donnait le ton dès le début pour monter crescendo avec l’obtention des pierres par Thanos, et se terminer sur une conclusion terrible.

Dans Endgame,  le pire étant passé, le film se permet de nombreux gags potaches et situations cocasses. Encore une fois, certaines sont les bienvenues, mais à petite dose. Ici, le film passe trop rapidement d’une gravité jamais vue à du comique ballot sans trop prévenir – jurant ainsi avec les premières minutes du film pourtant vraiment bien senties. Evidemment, ça reste du Marvel, et le comique fait son identité ; mais parfois, trop de gags tuent les gags.

Le film du fan-service

Et en passant rapidement sur les quelques incohérences ou facilités scénaristiques (le rat, les solutions tombées du ciel, les problèmes que pose le voyage dans le temps), on peut facilement conclure : le film est un concentré de fan-service. C’est-à-dire des dialogues, des scènes, des plans, des personnages, un scénario faits pour complaire aux fans, qu’ils puissent retrouver ce qu’ils ont aimé dans les précédents Marvel.

Et malheureusement, le fan-service nuit à un scénario qui aurait pu être original, avec pourquoi pas des nouveaux personnages, de nouveaux lieux, de nouvelles intrigues…Là, on gobe littéralement 2h de déjà-vu, et c’est bien dommage. Surtout après un Infinity War aussi osé et réussi.

Endgame reste un incontournable

Mais est-ce que pour autant, ces défauts font de Endgame un mauvais film ? Bien-sûr que non. On peut être exigeant et pinailler sur ces défauts justement parce que Endgame connaît un succès phénoménal. Evidemment que ce film, qui est l'un des plus grand succès du cinéma, est un incontournable. Et la raison est simple.

Des batailles à couper le souffle

Certes, le scénario n’est pas vraiment original ; mais est-ce que celui de Avatar, remake de Pocahontas dans l’espace, l’était ? Non. Mais il offrait une expérience unique à son public : de fabuleux visuels, des effets spéciaux à couper le souffle, une histoire dans laquelle on se laisse entraîner sans difficulté. Bref, il faisait voyager, il transportait le spectateur dans un autre univers.

Et c’est ce que fait parfaitement Endgame. Il nous plonge véritablement dans l’Univers Marvel. Les batailles nous collent à nos fauteuils, les apparitions – pourtant convenues - des personnages nous arrachent des sourires nostalgiques et les blagues parfois grossières font très souvent mouche.

Il clôture parfaitement les Avengers

Pourquoi cela ? Parce que Endgame est l'aboutissement d'une vingtaine d'autres films Marvel, tous liés les uns aux autres ; qu'on a évolué en même temps que les personnages et que cet univers nous a happé depuis de nombreuses années déjà.

Oui, le film est un concentré de fan-service ; oui, les morts des personnages sont connues dès leurs premières scènes ; mais est-ce vraiment si important ? Endgame devait devenir le film qui clôturerait la saga des Avengers tels qu’on les connaissait ; et lorsque dans la salle, le générique a retentit, tout le monde a su qu’il avait parfaitement rempli ce rôle. Il nous laisse là, avec dans le cœur un mélange de vide et de souvenirs, de joie et de peine, que connaissent tous ceux qui ont un jour finit une série ou un livre.

Il a des défauts, c’est vrai. Mais c’est très clairement un film à voir, et d’autant plus au cinéma. Courrez en salle si vous n'y êtes pas encore allé. Sinon, vous regretterez toute votre vie de ne pas avoir profité pleinement des effets spéciaux mis en oeuvre pour nous flanquer une telle claque visuelle. Et de ne pas avoir dit adieu à vos héros favoris dans l’ambiance qui y convient le mieux.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

“Fibra”, une exposition qui invite à repenser l’architecture au Musée des maisons comtoises

Installée au musée des maisons comtoises de Nancray jusqu’au 3 novembre 2024, l’exposition "Fibra" montre des types très variés de construction dans le monde aussi bien dans la forme que dans les matériaux utilisés. Florence Coutier, conservatrice du patrimoine au musée, nous en parle…

Législatives 2024 : à Besançon comme en France, les lieux de musiques actuelles appellent à faire barrage à l’extrême droite

Dans un communiqué de la Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) diffusé vendredi 14 juin 2024, le monde des arts et de la culture appellent à se mobiliser aux élections législatives pour ”faire barrage à l’extrême droite”. Un texte relayé notamment par La Rodia et Le Bastion à Besançon.

Fête de la musique 2024 : le programme des festivités à Besançon

Cette année encore, le 21 juin 2024 les rues et places de Besançon accueilleront musiciens et visiteurs à l’occasion de la fête de la musique. Concerts sur scène, ou dans les rues, les conséquences sur la circulation au centre-ville, voici tout ce qu’il faut savoir sur cette Fête de la musique 2024 à Besançon !

80 ans du Débarquement en Normandie : un Bisontin est sur place…

Quelques jours après la remise de documents historiques au musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon, Nicolas Guillaume-Lamarre a reçu une invitation du ministère de la Défense et des Armées pour assister à la grande cérémonie internationale commémorative du 80e anniversaire du Débarquement en Normandie. Il partage, avec nous, ses photos de l'évènement qui s’est tenu jeudi 6 juin 2024.

Ce qui change à Détonation 2024...

VIDÉO • L’équipe de La Rodia s’est réunie mardi 4 juin 2024 pour dévoiler la programmation, mais aussi les grands changements de la 11e édition de son festival Détonation qui se déroulera pendant trois jours en septembre prochain. Voici tout ce que vous devez savoir sur le nouveau chapitre de cet évènement incontournable de la rentrée bisontine.

Habemus Bastard, la BD pas très catholique d’un curé en cavale dans le Jura

L’auteur bisontin Jacky Schwartzmann a récemment collaboré avec l’auteur, scénariste et illustrateur Sylvain Vallée pour sortir une nouvelle bande dessinée intitulée Habemus Bastard. En librairie depuis le 3 mai 2024, celle-ci raconte l’histoire d’un homme de main qui n’a rien trouvé de mieux qu’une soutane pour passer incognito et se cacher des hommes qui veulent lui faire la peau. Dans ce premier tome, la plume de Schwartzmann et la palette de Vallée s’associent pour délivrer la bonne parole et partager l’écriture de ce polar aussi original que drôle. 

Où sortir cet été dans le Grand Besançon ?

Ce lundi matin, il était encore difficile à croire que l’été approche avec son lot d’animations de plein air… Et pourtant ! Anne Vignot, présidente de Grand Besançon Métropole, Pierre Contoz, président du musée des Maisons comtoises, Benoît Vuillemin, vice-président de GBM en charge de l’attractivité et du tourisme, Patrice Hennequin, président de l’Office de tourisme et des congrès de GBM et François Bousso, conseiller communautaire GBM délégué à l’éco-tourisme, se sont réunis pour lancer officiellement la saison touristique estivale du territoire.

Tag de “L’Origine du monde” de Gustave Courbet : l’organisatrice de l’action mise en examen…

La performeuse franco-luxembourgeoise Deborah de Robertis, qui avait revendiqué être à l’origine d’une action début mai au Centre Pompidou-Metz où cinq œuvres, dont le tableau "L’origine du monde" de Courbet, ont été taguées et une autre dérobée, a été mise en examen, a-t-on appris lundi 3 juin 2024 auprès du parquet de Metz.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 18.75
couvert
le 16/06 à 9h00
Vent
3.68 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
61 %