Crime du Café de Théâtre : l'heure de la reconstitution des faits

Publié le 16/01/2013 - 18:36
Mis à jour le 17/01/2013 - 14:53

Juge d'instruction, parquetier et enquêteurs de la police judiciaire de Besançon ont procédé, ce mercredi 16 janvier 2013, la reconstitution du meurtre du patron du Café du Théâtre en présence de l'assasin présumé.

dsc_1481.jpg
Le meurtre de Pascal Legal a suscité une vive émotion à Besançon (archives) ©carvy
PUBLICITÉ

Pascal Legal, 44 ans, originaire de Bretagne, avait été retrouvé mort le 14 novembre à son domicile, situé au-dessus de son café, près de la faculté de lettres de Besançon. L’annonce de la disparition du patron du Café du Théâtre, bar mythique du centre-ville de Besançon, avait suscité une vive émotion parmi les bisontins, très attachés à cet établissement gay-friendly, fréquenté aussi bien par la population étudiante et universitaire que par la communauté homosexuelle.

Le principal suspect présent…

   La reconstitution est l’un des derniers actes de l’instruction judiciaire avant le renvoi de l’affaire devant les assises du Doubs, probablement dans les mois qui viennent. « Elle a permis de conforter, dans l’ensemble, la version et les propos de mon client, qui émet le souhait de s’expliquer », a indiqué l’avocat du jeune homme, Me Julien Vernet.

   L’assassin présumé, un jeune homme de 24 ans, mis en examen pour « homicide volontaire avec préméditation » et placé en détention provisoire, a reconnu dès le début de l’enquête avoir poignardé de 99 coups de couteau le cafetier Pascal Legal, auquel il vendait ses charmes. D’après son conseil, « il affirme n’avoir jamais eu la sensation de donner autant de coups ».

   Lors de son audition, le mis en cause avait déclaré avoir agi par « vengeance » en raison d’un « différend ». « Il y avait un contentieux entre ces deux hommes qui a mal tourné », estime Me Vernet, sans vouloir révéler la teneur de ce différend, par « respect du secret de l’instruction et par respect pour (son) client ». « Il regrette, il ne voulait pas en arriver là », assure l’avocat.

Un autre homme, âgé de 31 ans, avait été mis en examen pour « proxénétisme » et laissé libre sous contrôle judiciaire. Ce dernier est suspecté d’avoir mis en relation Pascal Legal et son agresseur en échange d’argent.

   Des centaines de bisontins avaient tenu à rendre hommage à Pascal Legal en déposant des fleurs, des bougies et des messages en sa mémoire devant le Café du Théâtre, qui a récemment rouvert ses portes.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Jonathann Daval a admis qu’il avait « procédé à la crémation partielle du corps » d’Alexia

Jonathann Daval a admis qu’il avait « procédé à la crémation partielle du corps » d’Alexia

Lundi 17 juin 2019, Jonathann Daval a livré des aveux complets lors d'une reconstitution qui s'est déroulée pendant sept  heures à Gray en Haute-Saône, reconnaissant avoir lui-même "procédé à la crémation du corps" de sa femme Alexia et lui avoir porté des coups violents, a déclaré le procureur de Besançon Etienne Manteaux.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.81
ciel dégagé
le 17/06 à 21h00
Vent
1.71 m/s
Pression
1017.02 hPa
Humidité
90 %

Sondage