Dégradation sensible des conditions de travail

Publié le 30/11/2010 - 11:50
Mis à jour le 30/11/2010 - 11:50

Près d'un salarié français sur deux estime que son bien-être au travail s'est dégradé ces six derniers mois, selon un sondage Ipsos pour Bernard Julhiet Group et La Tribune.

PUBLICITÉ
Deux sur trois (64%) jugent leur niveau de bien-être satisfaisant mais 45% estiment qu’il s’est dégradé ces six derniers mois, proportion qui atteint 59% dans les entreprises de plus de 500 personnes.

Selon cette étude, 62% des salariés estiment que leur niveau de stress est élevé. Un tiers de la population interrogée (33%) juge que son travail pourrait lui causer de graves problèmes psychologiques. Au total, 11% des salariés sont aujourd’hui en profonde détresse professionnelle, estime Ipsos.

Le bien-être des cadres reste élevé mais semble se dégrader rapidement et 69% jugent leur niveau de stress élevé.

Les ouvriers sont ceux qui souffrent le plus d’intenses fatigues (67%) et de troubles musculo-squelettiques (75%) en raison de leur travail. Quatre sur 10 ont des difficultés à éprouver du plaisir dans leur travail et 36% estiment que leur travail pourrait leur causer des troubles psychologiques graves.

Le sondage a été réalisé du 12 au 19 octobre auprès d’un échantillon de 1.007 personnes représentatif de la population salariée.

 
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.74
légère pluie
le 24/05 à 18h00
Vent
4.13 m/s
Pression
1013.28 hPa
Humidité
83 %

Sondage