Alerte Témoin

Deux nouveaux cas de juments mutilées dans le Jura

Publié le 25/08/2020 - 08:36
Mis à jour le 26/08/2020 - 08:24

Une enquête a été ouverte pour "actes de cruauté" après les mutilations de deux juments ce week-end dans le Jura, nouvelles répliques de faits similaires qui se sont multipliés ces derniers mois à travers la France, a-t-on appris lundi 24 août 2020 auprès du parquet.

cheval
cheval comtois © D Poirier

Les juments, qui ont survécu, ont été attaquées à Ranchette et à Leschères, près de Saint-Claude, et ont subi des mutilations au niveau des parties génitales, a précisé le procureur de la République de Lons-le-Saunier, Lionel Pascal, dénonçant des "actes barbares".

L'enquête pour "actes de cruauté sur un animal domestique" a été confiée à la brigade de recherches de la gendarmerie de Saint-Claude, en relation avec l'Office central de lutte contre les atteintes à l'Environnement et à la Santé publique, a-t-il précisé, confirmant des informations du quotidien régional Le Progrès.

"Ce sont des faits qui retiennent toute mon attention et sur lesquels j'ai demandé à ce que tous les moyens soient mis pour qu'on mette un terme" à ces attaques qui relèvent "de la pure cruauté", a-t-il ajouté. Ces deux nouveaux cas surviennent une dizaine de jours après la mort d'une autre jument dans le Jura, retrouvée mutilée mi-août à Thoiria. Une jument a également été découverte lundi morte et mutilée, l'oreille droite coupée, dans un champ près de Mauléon, dans les Deux-Sèvres.

D'autres attaques entre décembre 2018 et l'été 2020

"A ce stade, aucun lien objectivé" ne relie les faits de ce week-end avec le cas de Thoiria, a indiqué M. Pascal. "Mais ce sont des attaques qui visent des équidés, avec des mutilations, et le mode opératoire, sans être exactement le même, est quand même très proche", a-t-il noté. Fin juin, une note du Service central du renseignement territorial, évoquée par Le Parisien, recensait ainsi au moins onze faits similaires sur des chevaux en France entre décembre 2018 et l'été 2020.

La Fédération française d'équitation a annoncé la semaine dernière qu'elle se portait partie civile aux côtés des propriétaires de chevaux, poneys et ânes qui ont été tués ou mutilés ces derniers mois, "face à la série d'actes de cruauté envers des équidés sur l'ensemble du territoire". Samedi, dans la Sarthe, un veau a été retrouvé mort, "l'oreille droite coupée" et présentant "des lacérations sur ses appareils génitaux", a précisé le parquet du Mans à l'AFP.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Livres Dans la Boucle 2020

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     15.18
    nuageux
    le 20/09 à 0h00
    Vent
    0.9 m/s
    Pression
    1014 hPa
    Humidité
    95 %

    Sondage