Alerte Témoin

Doubs : procès d'une jalousie meurtrière

Publié le 18/10/2017 - 14:18
Mis à jour le 16/04/2019 - 17:42

Un père de famille de 53 ans, accusé d'avoir étranglé et mortellement poignardé sa femme de 33 coups de couteau parce qu'il pensait qu'elle le trompait, est jugé depuis mercredi 18 octobre 2017 devant la cour d'assises du Doubs.

homicide

"Excusez moi. Je regrette. J'ai pété un câble". Cheveux poivre et sel et vêtu de noir, l'homme d'origine turque a essuyé quelques larmes dès le début de l'audience qui doit se tenir pendant trois jours à Besançon et a cherché à se poser en victime d'une vie conjugale chaotique.

L'accusé est poursuivi pour "meurtre par conjoint" et "violences habituelles par conjoint". Le verdict est attendu vendredi. Le meurtre par conjoint ou par concubin est puni de la réclusion criminelle à perpétuité. Il est accusé d'avoir étranglé et d'avoir poignardé sa femme à de multiples reprises dans leur appartement à Besançon le matin du 2 octobre 2014, parce qu'il était insatisfait de leur vie conjugale et convaincu que son épouse le trompait.

L'autopsie a révélé 33 plaies et des lésions de défense causées par deux armes blanches différentes. Plusieurs coups ont été portés lorsque la victime était à terre, et certains ont touché les organes vitaux. Une plaie profonde entaillant la bouche de part en part a été pratiquée post-mortem, un symbole de vengeance, selon un expert.

Elle avait fait part de son intention de divorcer

Après son crime, le quinquagénaire avait laissé un message vocal à sa fille pour lui dire qu'il avait tué sa mère et il avait prévenu la police. Tout est parti d'une dispute au cours de laquelle, selon lui, sa femme l'aurait menacé et provoqué. Les quatre enfants du couple se sont portés partie civile. Leur mère, âgée de 53 ans, a souffert de nombreuses violences conjugales. Elle avait fait part de son intention de divorcer deux mois avant le meurtre.

D'après sa fille, les problèmes entre les conjoints se sont accélérés en décembre 2013, quand la mère avait décidé de récupérer ses cartes bancaires, détenues par son mari. Ce dernier avait accusé un couple d'amis d'être à l'origine de cette volonté d'émancipation financière, attribuant même une relation extra-conjugale à sa femme avec l'homme de ce couple.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Dénonciations de « violences sexuelles » à l’ISBA :  victimes ou témoins appelés à se rendre au commissariat

Une enquête a été ouverte après que des élèves de l'école des Beaux-Arts de Besançon ont dénoncé des "violences sexuelles" sur une page Facebook intitulée "Balancetonecoledart". Etienne Manteaux, le procureur de Besançon invite "toute personnes qui aurait subi ou été témoin de faits de cette nature à venir en faire une déposition au commissariat."

Agressions au couteau : « Nous refusons que Besançon devienne une ville coupe-gorge

Suite à trois agressions au couteau dans la nuit de samedi à dimanche au centre-ville de Besançon, les élus Les Républicains au conseil municipale de Besançon ont publié un communiqué dans lequel ils appellent la maire Anne Vignot et son équipe à "sortir de sa léthargie, soutenir plus activement notre police municipale et, surtout, enfin garantir la sécurité à Besançon."

Livres Dans la Boucle 2020

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     10.5
    légère pluie
    le 26/09 à 15h00
    Vent
    2.91 m/s
    Pression
    1007 hPa
    Humidité
    55 %

    Sondage