Du nouveau sur l'Affaire Grégory : plusieurs personnes ont concouru à la réalisation du crime, selon le parquet général

Publié le 15/06/2017 - 17:39
Mis à jour le 20/06/2017 - 07:22

L'enquête sur la mort du petit Grégory en 1984, dans le cadre de laquelle trois membres de la famille Villemin sont en garde à vue, montre que "plusieurs personnes ont concouru à la réalisation du crime", a affirmé ce jeudi 15 avril 2017 le procureur général de Dijon.

affaire_gregory.jpg
©
PUBLICITÉ

« Quelques jours avant le passage à l’acte, des repérages et surveillances ont été réalisés, opérés par un homme portant une moustache et quelques fois accompagné d’une femme », a précisé Jean-Jacques Bosc, selon lequel l’enquête s’oriente vers la vérification des emplois du temps des suspects dans le cadre de leur garde à vue.

Le procureur a néanmoins admis que l’affaire n’était pas résolue. « Je ne sais pas qui est l’auteur du crime », a dit le magistrat lors d’un point de
presse, précisant que les trois membres de la famille Villemin en garde à vue avaient jusqu’à présent invoqué leur droit au silence.

De nouvelles expertises d’une lettre de 1983

M. Bosc a aussi révélé que de nouvelles expertises d’une lettre manuscrite anonyme de 1983 adressée à Jean-Marie Villemin, le père de Grégory,
orientaient les soupçons sur Jacqueline Jacob, la tante de Jean-Marie Villemin. « Les conclusions de cette expertise sont confondantes à l’encontre
de Mme Jacqueline Turiot, épouse Jacob », a-t-il affirmé.

L’expertise d’une autre lettre de menaces de mort adressée en 1989 cette fois au juge Simon, qui était sur le point d’innocenter Christine Villemin,
« implique également avec les mêmes réserves de prudence la grand-mère de Grégory ». Ce qui a « justifié son audition » mercredi, a-t-il dit. En revanche, la lettre « de revendication » postée à Lépanges le 16 octobre 1984, le jour du meurtre, « également soumise à une expertise, n’a pas permis à ce stade d’en déterminer l’auteur ».

Il est cependant possible « d’observer une similitude importante des termes » entre ces deux lettres de 1983 et la lettre de revendication où l’on retrouve le mot +le chef+ », a-t-il détaillé. Le procureur devait tenir une autre conférence de presse vendredi.

(source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Braquage d’un joaillier en mai à Châtillon-le-Duc : plusieurs interpellations, un suspect en fuite

Braquage d’un joaillier en mai à Châtillon-le-Duc : plusieurs interpellations, un suspect en fuite

Une cinquantaine de gendarmes a été mobilisée ce jeudi à Thise dans le cadre du vol à main armée survenu le 3 mai 2019 à Châtillon-le-Duc. Au moins cinq personnes suspectées d'avoir participé au braquage d'un joaillier en mai dans le Doubs, ont été interpellées à Besançon et Annemasse (Haute-Savoie), et un suspect de 23 ans a pris la fuite à Thise.      

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 16.5
pluie modérée
le 22/09 à 18h00
Vent
5.82 m/s
Pression
1010.99 hPa
Humidité
95 %

Sondage