Fraude via internet: la prévention commence à porter ses fruits

Publié le 26/08/2011 - 11:38
Mis à jour le 26/08/2011 - 11:38

Dans le Doubs, le nombre de fraudes par internet a baissé depuis le début de l’année. Une conséquence directe des opérations de sensibilisation menées par les autorités.  

PUBLICITÉ

Alors que 2010 était une année noire avec une progression de 50% des affaires, le premier semestre 2011 a connu une nette accalmie des fraudes sur internet dans le Doubs en zone gendarmerie. Si la tendance se confirme au deuxième trimestre, on espère être loin des 3740 infractions et escroqueries financières constatées dans le Doubs en 2010. « C’est évidemment une bonne surprise », relève Philippe Pintapary, chef de la cellule d’investigation criminelle de ce département.

Spécialiste de la cybercriminalité, il estime que ce sont les premiers résultats d’une campagne de communication lancé par la préfecture sur les risques encourus via la « toile ». « Ceux qui méconnaissent le danger sont des cibles faciles. Sans aucun doute, il y a aujourd’hui une meilleure connaissance du danger », précise-t-il.

L’écran, c’est comme la rue…

Mais certains font encore preuve d’une bonne dose de naïveté qui peut leur faire perdre quelques centaines d’euros. Comme cet acheteur d’une moto sur un site de vente entre particuliers. Le vendeur sollicite un mandat cash Western Union pour la transaction sous prétexte qu’il se trouve à l’étranger en mission professionnelle. L’acheteur obtempère et la moto payée 2300 euros, qui devait arriver par l’intermédiaire d’un transporteur, n’arrivera jamais…

« Il faut réagir devant son écran comme si on était dans la rue », recommande Philippe Pintapary. « Est-ce que je donnerais mon identité bancaire à quelqu’un qui me la demanderait sur la voie publique ? Bien sûr que non. Sur le web, c’est pareil, il faut garder la tête froide et ne jamais répondre à des mails douteux imitant des courriers de fournisseurs d’accès, de banques ou d’organismes sociaux qui réclament login, mot de passe ou numéro de carte bancaire », martèle le gendarme. C’est le système du phishing ou la technique de hameçonnage à laquelle plus d’un internaute a mordu avant de s’en mordre les doigts.

Des escrocs et des « mules »

Plus difficile à mettre en place, donc moins répandu, mais très efficace, le skimming qui consiste à copier le contenu d’une carte bancaire lors de son utilisation dans un distributeur. Quelques jours plus tard, on trouve des traces de prélèvements sur ses extraits de compte… Dans ce cas de figure, la prévention est plus difficile.

Les escrocs à l’origine de ces fraudes en tout genre se trouvent souvent à l’étranger. Il n’est pas rare qu’ils recrutent des « mules » en France pour servir de relais par la mise à disposition d’un compte bancaire de transit ou d’une adresse postale. Ces personnes sont souvent recrutées par des annonces proposant des revenus complémentaires grâce à un travail à domicile. « Des propositions dont il faut se méfier », met en garde Philippe Pintapary qui invite également les internautes à se procurer la plaquette de prévention diffusée par la préfecture et disponible dans les gendarmeries et autres lieux officiels.

SE RENSEIGNER : 0 811 020 217 (coût d’un appel local)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.43
légère pluie
le 24/10 à 3h00
Vent
2.05 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
89 %

Sondage