Grippe aviaire: risque "élevé", volailles confinées

Publié le 05/11/2021 - 14:45
Mis à jour le 05/11/2021 - 10:37

Les éleveurs français vont devoir confiner leurs volailles, le risque relatif à la grippe aviaire passant à « élevé » en France métropolitaine en raison de la multiplication des cas dans les pays voisins, selon un arrêté publié vendredi au Journal officiel.

 ©
©

Ce relèvement du niveau de risque implique que tous les élevages de volailles enferment leurs animaux pour éviter les contacts avec les oiseaux migrateurs, potentiellement porteurs du virus d'influenza aviaire hautement pathogène (IAHP), communément appelée grippe aviaire. C'est aussi le cas aux Pays-Bas depuis la semaine dernière.

Le gouvernement espère éviter la répétition de l'hiver dernier: la France avait recensé près de 500 foyers d'influenza aviaire dans des élevages de volailles, principalement dans le Sud-Ouest réputé pour sa production de foie gras. La crise n'avait pu être enrayée qu'au prix de l'abattage de plus de 3,5 millions de volailles, essentiellement des canards.

"L'emballement de la dynamique d'infection dans les couloirs de migration justifie l'élévation du niveau de risque", à "élevé" sur "l'ensemble du territoire métropolitain", indique l'arrêté qui entre en vigueur immédiatement.

"Depuis le début du mois d'août, 130 cas ou foyers d'influenza aviaire ont été détectés dans la faune sauvage ou dans des élevages en Europe notamment au bord de la mer du Nord et de la mer Baltique, dont trois foyers dans des élevages allemands", recense le ministère de l'Agriculture dans un communiqué.

"Dans le même temps, la claustration de tous les élevages professionnels a été décidée aux Pays-Bas à la suite de la détection d'un foyer dans un élevage de poules pondeuses. En Italie, six foyers ont été détectés dans des élevages de dindes de chair dans la région de Vérone depuis le 19 octobre", poursuit le ministère.

Des cas ont aussi été détectés en France, mais uniquement dans des élevages non-professionnels jusque-là, ce qui permet de conserver le statut "indemne" d'influenza qui conditionne des débouchés à l'export.

Les cas français concernent "trois basses-cours contaminées" dans les Ardennes et dans l'Aisne, rappelle le ministère.

Le niveau de risque était déjà passé à "modéré" le 10 septembre. Les éleveurs situés dans près de 6.000 communes devaient dès lors confiner leurs volailles, en particulier le long de la façade Atlantique et du couloir rhodanien - des zones humides prisées par les oiseaux migrateurs.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Fortes chaleurs : les Colmariens appelés à l’aide pour sauver les fleurs

Opération sauvetage pour les massifs floraux de Colmar. Face aux interdictions d'arrosage liées à la sécheresse, le maire de la très touristique ville de Colmar a incité jeudi 11 août la population et les restaurateurs à arroser eux-mêmes les jardinières et massifs floraux des espaces publics, quitte à recourir aux "fonds de carafe", un "moyen citoyen de répondre à l'absurdité administrative".

Sécheresse et risque d’incendie : les gestes essentiels à adopter 

Depuis le 1er janvier 2022, les sapeurs-pompiers du Doubs, ont été sollicités pour 291 interventions de feux d'espaces naturels. C’est pourquoi la Préfecture, l’Office national de la forêt et le service départemental d'incendie et de secours du Doubs ont souhaité rappeler les bons gestes à adopter afin de prévenir tout départ de feu.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.7
nuageux
le 15/08 à 3h00
Vent
1.27 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
94 %

Sondage