Il décède après son passage dans un fourgon de police : le MRAP se porte partie civile

Publié le 20/11/2009 - 18:05
Mis à jour le 20/11/2009 - 18:05

Après l’interpellation de Mohamed Boukrourou,41 ans, dans un fourgon de police à Valentigney faisant suite à une altercation avec un pharmacien, le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples a déclaré qu’il se portait partie civile et s’associait à la famille pour demander que toute la vérité soit faite.




Dans un communiqué  le MRAP a condamné les méthodes d’interpellation, disproportionnées selon le mouvement à l’encontre d’un homme seul et sans problème.

la victime aurait été trainé  dans le fourgon dans un état intense d’énervement. Il protestait contre la qualité des médicaments qui lui avaient été remis. C’est le pharmacien qui avait alerté les forces de l’ordre. Dans le fourgon, il aurait été pris d’un malaise cardio-respiratoire avant d’être ramené devant la pharmacie par les policiers.

Selon l’autopsie, le procureur de Montbéliard a indiqué que les marques étaient dues à l'autopsie et au frottement sur le sol du visage de M. Boukrourou lors de l'interpellation, éliminant "toute hypothèse de coups. La victime serait décédée suite à une "conjonction d'une altération vasculaire cardiaque et d'un stress aigu".

Lors de la toilette mortuaire du défunt, la famille aurait constaté des bleus sur le visage et une lèvre éclatée. Une information judiciaire a été ouverte  pour déterminer les causes de la mort. Reste que, selon le MRAP « aujourd'hui, deux petites filles pleurent leur papa parce qu'il a refusé des médicaments génériques ».




Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.37
légère pluie
le 12/06 à 18h00
Vent
2.77 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
62 %