La permanence d’Allenbach vandalisée une deuxième fois, il demande à la Ville de Besançon de nettoyer

Publié le 13/02/2023 - 12:08
Mis à jour le 15/02/2023 - 11:39

Après un premier acte de vandalisme survenu début février 2023 sur la porte du local, c’est cette fois toute la vitrine de la permanence du mouvement Franche-Comté (MFC) qui a été taguée de peinture rouge lors de la manifestation contre les retraites samedi 11 février. Le président du MCF estime que c’est à la Ville de Besançon de procéder au nettoyage.

 © Jean-Philippe Allenbach
© Jean-Philippe Allenbach

Comme nous l’avions évoqué dans un précédant article, le président du Mouvement Franche-Comté Jean-Philippe Allenbach avait indiqué que seule la porte consacrée à dénoncer le wokisme avait été bombée. Mais cette fois, c’est bien toute la vitrine réclamant l’autonomie de la Franche-Comté qui a eu droit à son lot de peinture. 

Selon Jean-Philippe Allenbach, les dégradations ont eu lieu "à l’occasion de la manifestation" contre la réforme des retraites le samedi 11 février. Le président du mouvement y voit dans cet acte "une nouvelle illustration de ce véritable totalitarisme intellectuel « écolo-socialo-wokiste » qui aujourd’hui sévit et qui, notamment, vise à faire taire toute voix discordante". 

Estimant que "le MFC n’a pas de temps à perdre à réparer des dégâts causés par d’autres", Jean-Philippe Allenbach attend de la mairie "qu’elle procède au plus vite au nettoyage de la vitrine". Il soutient d’ailleurs que les dégradations proviennent "des manifestants et donc des sympathisants idéologiques de Mme la Maire" et rappelle que "du temps de Jean-Louis Fousseret, la municipalité effaçait elle-même les tags dans la ville".

D’ici à ce qu’il obtienne gain de cause, le MFC a décidé de "laisser sa vitrine en l’état" toute "bariolée de rouge" au coeur du "quartier historique" de la ville de Besançon.   

1 Commentaire

Nous voyons là toute tolérance de ce mouvement "woke"... Vive la Franche-Comté libre et les esprits libres ! Notons que ce mouvement qui plutôt que d’être éveillé s'assoupit dans l'éternelle posture victimaire qui SAIT et CROIT dénoncer des injustices parfois réelles mias le plus souvent supposées, le faisant toujours depuis quelque temps avec de plus en plus de violence !
Publié le 13 fevrier 2023 à 15h21 par Hugo de Raincourt • Membre

Un commentaire

  • irakundus12@gmail.com dit :

    Nous voyons là toute tolérance de ce mouvement “woke”… Vive la Franche-Comté libre et les esprits libres ! Notons que ce mouvement qui plutôt que d’être éveillé s’assoupit dans l’éternelle posture victimaire qui SAIT et CROIT dénoncer des injustices parfois réelles mias le plus souvent supposées, le faisant toujours depuis quelque temps avec de plus en plus de violence !

Laisser un commentaire

Faits Divers

Besançon et Montbéliard : 4.500 personnes et 3.500 véhicules contrôlés en 5 jours

Du 8 au 12 avril 2024, une opération "Place Nette" de grande ampleur s’est déroulée dans le département du Doubs. Réalisée en étroite coordination avec les procureurs de Besançon et de Montbéliard, cette action "coup de poing" s’inscrit dans le cadre des actions de lutte contre la délinquance liée aux trafics de stupéfiants, à l’économie souterraine et au proxénétisme voulues par le ministre de l’Intérieur et des Outre-mer et le Garde des Sceaux. L'heure est au bilan...

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 3.7
légère pluie
le 18/04 à 0h00
Vent
1.55 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
92 %