Le Bastion : "On a vocation à être un lieu de réflexion, de création et de transmission..."

Publié le 26/05/2017 - 14:27
Mis à jour le 16/04/2019 - 11:46

Depuis janvier 2017, plusieurs changements sont survenus au sein de l'association Le Bastion à Besançon avec notamment l'élection d'un nouveau président, Yann Morel et l'arrivée d'un nouvel administrateur Guillaume Dampenon. Nous les avons rencontrés… 

Après 10 ans en tant que membre du conseil d'administration, Yann Morel succède à David Demesmay à la fonction de président du Bastion. Musicien depuis longtemps (Plugged, Lust, Massacre), il est ingénieur du son et à la tête du Cube Studio. Pourquoi souhaiter devenir le président du Bastion ? "Parce que tout ce que je fais, c'est de la musique… Tout pour la musique, pour ne pas citer Michel Berger. Je vis de la musique, j'en fais, tout ce qui touche à la pratique de la musique m'intéresse".

Yann Morel nous explique qu'il souhaite "faire évoluer non seulement l'association en général mais aussi poursuivre le travail du projet d'aménagement du rez-de-chaussée". Et d'ajouter : "Je m'inscris dans la même ligne que David Demesmay avec un fonctionnement différent puisqu'on a aussi restructuré les ressources humaines." Aujourd'hui, l'association emploie six personnes (dont deux à temps partiel). Autre nouveauté : Yann Morel est épaulé par un vice-président, Hervé Bailly, également musicien (Jack and the bearded fishermen, Red Gloves…) et membre du conseil d'administration depuis plusieurs mois.

Guillaume Dampenon : "une ouverture symbolique, physique du lieu et une ouverture culturelle large" 

Originaire de Besançon, le nouvel administrateur du Bastion, en charge de la gestion administrative et financière, est arrivé le 4 avril 2017. Il connaît particulièrement bien le milieu de la musique au niveau local mais aussi au niveau régional et national. Après avoir travaillé pour plusieurs structures telles que La Poudrière (Belfort) ou encore Le Moloco (Audincourt), Guillaume Dampenon souhaite "pousser" l'activité du Bastion.

"On souhaite renouveler le projet culturel : ce qui est très important c'est l'ouverture de l'association tant symbolique du lieu, que l'ouverture physique sur l'espace public et l'ouverture au sens large dans le champ culturel", nous confie le nouvel administrateur. "On a vocation à être un lieu de réflexion, de création et de transmission qui est investi sur l'ensemble du champ culturel avec la création de passerelles, de transversalités avec d'autres acteurs que ce soit sur l'eco-système culturel local du Grand Besançon et dans des dynamiques plus larges", ajoute-t-il. Actuellement, Le Bastion travaille déjà en partenariat avec des acteurs de Bourgogne Franche-Comté mais aussi nationaux.

"L'idée étant de faire rayonner physiquement le projet dans la ville et de toujours travailler sur le réseau à différentes échelles territoriales", précise Guillaume Dampenon.

Prochain projet pour Le Bastion : l'aménagement des 250 m2 de rez-de-chaussée… 

Depuis près de 20 ans, l'association souhaite développer son activité en aménageant son rez-de-chaussée. "Ca fait 8 ans que ce projet précis est dans nos têtes mais ça fait 18 ans que cette volonté d'aménager le bas existe", nous précise Yann Morel.

En plus des 12 locaux de répétition au 1er étage, l'équipe désire installer :

  • Une salle de restitution (40 m2 + 18 m2 de scène)
  • Une salle de formation/réunion (30 m2)
  • Des bureaux (15 à 20 m2)
  • Deux studios de travail (l'un de 25 m2, le second de 15 m2)
  • Une régie (10 m2)
  • Un espace de stockage, sanitaires, espace d'accueil, lieu de vie. 

Qui finance ce projet ?

Le budget s'élève à 630 000 € sans compter l'équipement. L'investissement est majoritairement porté par la Ville de Besançon - Grand Besançon (ayant fait appel au Département du Doubs et à la région Bourgogne Franche-Comté) et la direction régionale des affaires culturelles (DRAC). Cette dernière partage son financement en deux enveloppes : l'une pour les travaux au coeur d'un monument historique, l'autre pour l'équipement scénique après les travaux. Par ailleurs, la Ville de Besançon est le maître d'oeuvre et gère la maîtrise d'ouvrage de cet aménagement. 

Les travaux commenceront en septembre 2017. Affaire à suivre...

Infos pratiques

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

La Saline royale va terminer le cercle de Ledoux…

C'était l'idée de Claude-Nicolas Ledoux lorsqu'il a dessiné la Saline royale d'Arc-et-Senans : continuer le demi-cercle de la "cité idéale". Finalement, il sera réalisé trois siècles plus tard sous la direction d'Hubert Tassy. Nom du projet : Un cercle immense.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.04
partiellement nuageux
le 01/11 à 3h00
Vent
2.02 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
88 %

Sondage