Les "Œuvreuses" : un arbre à Chalezeule pour saluer les femmes de la guerre

Publié le 13/05/2016 - 15:05
Mis à jour le 16/04/2019 - 14:29

L’artiste espagnole Estefania Penafiel Loaiza a gravé sur un hêtre les noms féminins de métiers pour rendre hommage aux femmes anonymes qui, durant les guerres 14-18 et 39-45, ont œuvré pour la France en remplaçant les hommes partis au front. Le projet sera inauguré le samedi 28 mai 2016 place de la Fontaine à Chalezeule.

Né en 2011, ce projet est né sous l'impulsion Raymond Reylé, maire de Chalezeule à l'époque. Il soumet alors au conseil municipal de s’engager dans la réalisation d’une œuvre d’art en hommage aux femmes anonymes oubliées des célébrations des 11 novembre 1918 et 8 mai 1945. Dans le bulletin du conseil municipal de décembre 2011, il s'expliquait.

  • "Le seul regret que j'ai dans cette commémoration est le manque de prise en compte et de mise en valeur du rôle primordial de toutes ces femmes, mères, filles, épouses, fiancées, qui malgré l'attente, la crainte, l'espoir d'un retour, le désespoir de la mort étaient obligées en plus de leurs lourdes tâches habituelles de remplacer l'absence des hommes. Elles ont depuis toujours la faculté et le potentiel leur permettant de pallier les carences masculines. Elles ont permis à la France de ne pas sombrer"

En 2012, la DRAC de Franche-Comté accompagne le projet dans le cadre du dispositif de commande d'oeuvres d'art pour l'espace public du ministère de la Culture et de la Communication. Suite à l'appel à candidatures mi 2013, 47 projets sont reçus. C'est finalement l'idée de Estefania Penafiel Loaiz qui est retenue en janvier 2014. "Ce qu'on oublie souvent, c'est que les femmes, ont dû, elles aussi faire face à l'adversité, aux horreurs et aux privations de la guerre…" explique l'artiste pour qui ce projet de gravure de noms de métier au féminin conjugue cette mémoire au présent en faisant le pari du vivant.

Dans le cadre du projet éducatif territorial, les élèves de l'école élémentaire de Chalezeule ont rencontré l'artiste pour un temps de sensibilisation. Les enfants ont été associés au choix des noms de métiers à graver dans l’écorce du hêtre.

« Oeuvreuses » : les étapes de la réalisation

  • Janvier 2015 : plantation de l’arbre : un hêtre d’une trentaine d’années a été choisi par l'artiste pour son port élégant et asymétrique.
  • Juin 2015 : La place de la Fontaine, lieu très fréquenté, entre le cabinet médical et la maison commune, devient une petite agora. Le projet est présenté en réunion publique.
  • Aout 2015 : Choix des noms de métiers à partir de recherches historiques menées par l’artiste et ouvert aux habitants et écoliers.
  • Septembre 2015 : gravure, en prenant soin de ne pas atteindre le liber (ou circule la sève) de l’arbre.
  • 28 Mai 2016: inauguration 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

NG Productions : "On a besoin que les gens sortent, on a trop souffert comme ça"

À l'occasion des 15 ans de NG Productions, nous avons rencontré le fondateur de cette société de productions de spectacles à Besançon, Hamid Asseila. Il nous raconte ses temps de forts notamment avec Elton John, son projet de festival sur quatre jours en 2023, sa vision sur l'épidémie de Covid-19 et les prochaines dates à ne pas manquer...

L’Orchestre universitaire de Besançon Franche-Comté donnera un concert sur un Dragon Boat !

L’Orchestre symphonique universitaire Besançon Franche-Comté a décidé de se lancer un nouveau défi en se produisant le 9 avril 2022 à bord d’un Dragon Boat (ou bateau-dragon) le long des berges de Port-sur-Saône… Cet événement sera suivi d’un concert dans le cadre de la lutte contre le cancer du sein.

Concerts debouts vs meetings politiques : « S’il y a des mesures, soit elles sont valables pour tout le monde, soit pour personne »

Concerts debout interdits, jauge limitée à 2000 personnes pour les grands rassemblements à l'exception des meetings politiques, interdiction de boire debout dans les bars… Le monde de la culture est dans l'incompréhension et redoute ces prochains mois. Le directeur de la smac La Rodia à Besançon nous en parle.

Sabine Weiss, la dernière photographe « humaniste » est décédée

Sabine Weiss aimait capturer les "morveux", les "mendiants" et les "petits narquois" croisés dans la rue : cette photographe, espiègle et rigoureuse, connue également pour ses photos de mode parues dans Vogue était la dernière disciple de l'école française humaniste. Comme Doisneau, Boubat, Willy Ronis ou encore Izis, Sabine Weiss, décédée mardi à 97 ans, a immortalisé la vie simple des gens, sans toutefois revendiquer une quelconque influence.
Offre d'emploi

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.22
peu nuageux
le 21/01 à 18h00
Vent
3.14 m/s
Pression
1035 hPa
Humidité
43 %

Sondage