Librairies indépendantes: l'Etat remboursera les frais postaux pour les livres

Publié le 07/11/2020 - 13:45
Mis à jour le 07/11/2020 - 14:30

Le gouvernement a annoncé en fin de semaine qu’il allait prendre en charge les frais d’envoi des livres commandés auprès des librairies indépendantes pendant la durée du confinement, afin de les « aider à poursuivre leur activité à travers la vente en ligne ».

"Ce dispositif permettra aux libraires de ne facturer à leurs clients que les frais de port au tarif minimum légal, soit 0,01 euro", précisent dans un communiqué commun les ministres de l'Economie Bruno Le Maire et de la Culture Roselyne Bachelot.

La Poste elle-même y met de sa poche, puisqu'elle propose pour les livraisons de livres au sein d'une même agglomération, un service de collecte dans les librairies et de livraison aux clients le lendemain ou le surlendemain, qui coûte 2 euros pour toute commande de moins de 5 kg, au lieu de 4,50 euros habituellement.

Les librairies concernées, "répondant aux critères de taille TPE et PME et dont la vente de livres neufs est l'activité principale", devront déposer des demandes de remboursement des frais d'envoi, avec cette formule d'expédition ou une autre.

Le secteur de la librairie et de l'édition avait plaidé pour l'application la plus rapide possible d'une telle mesure, face à la concurrence de plateformes en ligne offrant des tarifs d'expédition extrêmement bas, principalement Amazon.

Les points de vente physique de livres, tous fermés car considérés comme commerces "non essentiels", assurent en temps normal 70 % de l'activité, selon une estimation de l'association de défense des écrivains Société des gens de lettres.

La France a depuis 1981 une loi, assez originale dans le monde, imposant à tous les vendeurs un "prix unique du livre", qui a pour objectif de préserver un réseau de petites librairies. Les tarifs d'envoi sont donc le seul moyen de différencier les prix.

De nombreux libraires et militent à présent pour une réouverture.

Le Syndicat national de l'édition, l'organisation du secteur, a exhorté jeudi le gouvernement à travailler "dès maintenant avec les représentants de tous les acteurs de la filière du livre, aux conditions de réouverture, dès le 13 novembre, des librairies et grandes enseignes distribuant des produits culturels".

Des responsables politiques, dont Mme Bachelot elle-même, ont par ailleurs appelé les Français à ne pas acheter de livres sur Amazon.

Article du 3 novembre 2020

Confinement : les tarifs postaux diminués pour les livres commandés en librairie

Les tarifs postaux seront "considérablement diminués" pour les envois de livres commandés en librairies, a annoncé lundi 2 novembre la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, par ailleurs hostile aux plateformes numériques.

"J'ai obtenu, nous avons obtenu, que les tarifs postaux des libraires soient considérablement diminués, a exposé la ministre sur LCI. Nous allons diviser (ces tarifs postaux) au moins par trois ou quatre (...) ça va dépendre des envois, car si vous achetez dix livres ou un, ce ne sont pas les mêmes tarifs".  "N'achetez pas des livres sur les plateformes numériques", a-t-elle ensuite insisté, lançant plus loin dans l'interview: "Oui, Amazon se gave, à nous de ne pas les gaver".

Rappelant qu'il existe en France un "prix unique du livre" grâce "à Jack Lang", elle a encore asséné: "il n'y a pas d'avantage à acheter sur une plateforme numérique". Mme Bachelot incite les lecteurs à se fournir en livres auprès des librairies par le "click and collect" (commander à distance et venir récupérer l'ouvrage sur place) ou par les envois postaux.

"Ces tarifs s'appliqueront à la vente de disque, de CD et partition"

La ministre a également assuré que "les ventes par +click and collect+ ou par envois par la poste ne seront pas comptées pour toucher les aides (du gouvernement), c'est du bonus intégral". "Ces tarifs s'appliqueront à la vente de disque, de CD et partition, j'y suis très attachée", a-t-elle ajoutée.

Interrogée sur la décision de reconfiner, Roselyne Bachelot a confié que son souhait, dans l'absolu, en tant que ministre de la Culture, était "que tout le secteur culturel reste ouvert; car il n'y a pas que les librairies. Sont aussi fermés les théâtres, salles de concert, bibliothèques...".  "Mais il ne s'agit pas d'arbitrage", a-t-elle ajouté. "Je suis une mère, une grand-mère, une femme raisonnable, je vois l'épidémie flamber, j'ai vu mes proches mourir en réanimation; ce jour là, on a ce sens des responsabilités".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

Livre élu 2024 : 3.500 élèves du Doubs exposent leurs créations à Besançon

Durant toute l’année scolaire 2023-2024, 3.500 élèves de Besançon et ses environs ont participé au Livre élu 2024. Après avoir lu et échangé, ils ont conçu des créations inédites qui seront présentées lors d’une exposition, du 19 juin au 3 juillet, à la Maison de quartier Grette-Butte.

“Fibra”, une exposition qui invite à repenser l’architecture au Musée des maisons comtoises

Installée au musée des maisons comtoises de Nancray jusqu’au 3 novembre 2024, l’exposition "Fibra" montre des types très variés de construction dans le monde aussi bien dans la forme que dans les matériaux utilisés. Florence Coutier, conservatrice du patrimoine au musée, nous en parle…

Législatives 2024 : à Besançon comme en France, les lieux de musiques actuelles appellent à faire barrage à l’extrême droite

Dans un communiqué de la Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) diffusé vendredi 14 juin 2024, le monde des arts et de la culture appellent à se mobiliser aux élections législatives pour ”faire barrage à l’extrême droite”. Un texte relayé notamment par La Rodia et Le Bastion à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.01
légère pluie
le 22/06 à 6h00
Vent
3.5 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
94 %