Meurtre d'une nourrice en Haute-Saône : 20 ans requis contre un accusé de 87 ans

Publié le 23/01/2015 - 13:35
Mis à jour le 15/04/2019 - 12:02

Vingt ans de réclusion criminelle ont été requis vendredi 23 janvier 2015 devant la cour d'assises de Haute-Saône contre un homme de 87 ans qui avait tué d'un tir dans la tête une nourrice qui passait devant chez lui avec une poussette.

DSC_6958.JPG
©Alexane Alfaro
PUBLICITÉ

Germain Hayaux comparaît depuis mercredi à Vesoul pour l’assassinat, en 2013, de Marielle Paris et la mise en danger de l’enfant qui se trouvait avec elle. Le verdict est attendu vendredi après-midi.

La procureure, Claude Ruard, a requis 20 ans de réclusion criminelle, retenant la préméditation des faits. L’accusé « a plus de 60 ans d’expérience de chasse. En choisissant le calibre 12, il savait quels dégâts cela ferait et il a tiré sur Marielle comme du gibier », a estimé la magistrate.

Cet homme irascible, aux nombreux problèmes de voisinage, a reconnu les faits. Il a dit qu’il était « énervé » contre la victime, comme il l’était contre beaucoup d’habitants de son village, mais sans réellement expliquer pourquoi. 

Rappel des faits

Le 31 janvier 2013, à Malans (Haute-Saône), Germain Hayaux avait aperçu la nourrice de 50 ans passer devant chez lui avec un enfant dans une poussette. L’octogénaire était sorti avec un fusil de chasse, mettant en joue Mme Paris et tirant à deux reprises, avant de rentrer tranquillement dans sa maison, vers sa compagne.

La victime, qui se rendait à la descente du bus scolaire pour aller chercher des enfants, a été touchée à la tête et l’enfant qui l’accompagnait a été épargné. Cette assistante maternelle, particulièrement appréciée dans le village de 130 habitants, était décédée après trois semaines de coma.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Empoisonnements à Besançon : une ex-collègue soupçonne l’anesthésiste, la  défense réfute

Empoisonnements à Besançon : une ex-collègue soupçonne l’anesthésiste, la défense réfute

Une ex-collègue de Frédéric Péchier, l'anesthésiste de Besançon mis en examen pour 24 empoisonnements présumés, le soupçonne d'avoir voulu l'empoisonner lors d'une opération, ce que réfute catégoriquement la défense, a-t-on appris ce vendredi 24 mai 2019 auprès des avocats des deux parties.

Enfants noyés à Chalon-sur-Saône : leur belle-mère mise en examen pour « homicides involontaires »

Enfants noyés à Chalon-sur-Saône : leur belle-mère mise en examen pour « homicides involontaires »

La belle-mère de trois frères et soeur, qui s'étaient noyés l'été dernier dans un lac de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), a été mise en examen pour "homicides involontaires", a-t-on appris ce jeudi 23 mai 2019 auprès du parquet, confirmant une information du Journal de Saône-et-Loire.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 19.07
ciel dégagé
le 26/05 à 12h00
Vent
2.57 m/s
Pression
1016.58 hPa
Humidité
61 %

Sondage