Morre : il tue sa compagne avec un fusil avant de se suicider

Publié le 08/09/2022 - 09:22
Mis à jour le 08/09/2022 - 09:22

Un couple a été retrouvé tué par balles, mardi 6 septembre dans la commune de Morre. Un probable assassinat sur conjoint suivi d’un suicide noué sur fond de rupture. Il s’agit du cinquième féminicide en un an à Besançon.

C’est la fille du couple, intriguée de trouver la porte de la maison fermée à son retour de l’école ce mardi 6 septembre, qui a donné l’alerte. En pénétrant dans le logement, secours et gendarmes ont découvert la femme et l’homme assis côte à côte, sur le canapé du salon, devant la télévision allumée.

La femme, assistante maternelle de 43 ans, présentait une blessure par balle au bras et une autre, «immédiatement» fatale, à la tempe. Son conjoint, âgé de 48 ans, muni d’un fusil de chasse, était également mortellement blessé par balle à la tête, selon le procureur de la république Étienne Manteaux. "L’hypothèse forte est qu’il s’agit d’un homicide du conjoint sur sa compagne, suivi d’un suicide", selon le procureur. Après lui avoir tiré dessus sans doute par surprise, "l’homme a vraisemblablement retourné l’arme contre lui". 

"Je vais lui éclater la gueule vers 15 heures"

L’homme semble avoir prémédité son geste, il a laissé des écrits, apposés sur le réfrigérateur, dont l’un indique "Je vais lui éclater la gueule vers 15 heures". Selon le médecin légiste, les décès sont survenus entre 15h et 16 heures.

Une rupture non acceptée par le conjoint semble être à l’origine du drame. "Le matin même, la dame avait apporté à la mairie la rupture de Pacs" du couple, explique Étienne Manteaux. Cette dernière gardait un bébé de 21 mois au moment du drame. L’enfant, retrouvé sain et sauf dans une chambre par les secours, n’était pas apeuré et n’a a priori rien vu.

Cinq homicides dans la sphère conjugale

Dans le ressort du Tribunal de Besançon, "depuis environ 13 mois, il y a eu cinq homicides dans la sphère conjugale", a regretté le magistrat. "C’est toujours a priori l’annonce de la rupture à venir qui déclenche l’acte, comme s’il existait une dimension patrimoniale de la compagne pour certains hommes, qui ne tolèrent pas qu’elles les quittent".

(avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 23.07
couvert
le 14/04 à 18h00
Vent
0.56 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
73 %