Pilule anti-Covid : la Haute Autorité de santé écarte le molnupiravir

Publié le 11/12/2021 - 10:45
Mis à jour le 11/12/2021 - 12:17

Les autorités sanitaires françaises ont refusé l’accès précoce à un traitement antiviral contre des formes bénignes du Covid-19, le molnupiravir, jugeant son efficacité moindre que celle des traitements existants. La Haute Autorité de santé (HAS) n’autorise pas l’accès précoce de ce médicament aux patients en France en traitement curatif des formes légères et modérées du Covid-19, annonce-t-elle dans un communiqué.

 ©
©

Ce médicament expérimental administré par voie orale est développé en France par une filiale du laboratoire américain Merck, MSD France, sous le nom de Lagevrio. MSD France demandait un accès précoce – procédure qui permet de prescrire rapidement un médicament – pour des adultes infectés par le virus Sars-CoV-2, présentant des formes légères à modérées mais ayant un facteur de risque de développer une forme sévère de la maladie.

Une efficacité pas suffisamment démontrée

Selon la HAS, "les résultats d’efficacité avancés par le laboratoire sont moins bons que ceux des traitements disponibles". Ils ne réduiraient que de 30 % les risques de progression de la maladie vers une forme grave, alors que certains anticorps monoclonaux sont efficaces à 80 %. Elle estime en outre que l’impact du traitement sur la réduction de la présence du virus chez le patient "n’est pas démontré".

Dans un communiqué, le laboratoire MSD France a "pris acte" de ce refus, en regrettant que les données cliniques fournies à ce stade n’aient pas permis à la HAS d’accéder à sa demande. "L’efficacité démontrée par Lagevrio dans les essais cliniques a confirmé le bénéfice additionnel qu’il pouvait apporter à l’arsenal de lutte contre la pandémie de Covid-19, d’autant plus qu’il permet une prise en charge simple en ville", plaide notamment sa présidente, Clarisse Lhoste.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.65
légère pluie
le 02/10 à 3h00
Vent
4.26 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
98 %

Sondage