Rencontre avec Jérôme Daran : un Bisontin à Paris…

Publié le 19/04/2017 - 15:45
Mis à jour le 08/02/2019 - 09:36

La nostalgie de la terre natale et la volonté de monter sur scène semble tirailler l’humoriste Jérôme Daran. Il a d’ailleurs trouvé un moyen pour se « ravitailler » en cancoillotte à la capitale.

PORTRAIT

 Carte d’identité :

  • Jérôme Daran
  • Né le 13 novembre 1973
  • Vit à Paris depuis environ 18 ans
  • En couple, un enfant
  • Métier : Humoriste, acteur, chanteur

Jérôme Daran est né à Besançon à la maternité "la mère et l'enfant". Il n’est pas issu d’une famille d’acteur, sa mère était assistante maternelle et son père travaillait dans l’immobilier. Il passe son enfance entre Besançon rue Eugene Savoye et Frasnois (lieu de vie de ses grands-parents). Il se rappelle d’une enfance "plutôt sympathique". Arrivé à l'adolescence, il a un déclic au Grand Kursaal lors d'une représentation d'Albert Dupontel "il m'a donné l'envie d'aller sur scène".

Après avoir été au collège Saint-Ursule, il effectue un bac littéraire au lycée Pergaud et des études d'anglais à la faculté de lettres rue Mégevand où il travaille au restaurant universitaire. Il confie "je n'étais pas très assidu, j'ai lâché en cours de route. Je préférais déconner et écrire". Il retient de ces années-là un souvenir "très chouette car nous étions libres". Il reste dans la région jusqu'à ses 25 ans. 

"On se retrouve au bon endroit malgré soi…"

En 1996, il suit sa petite amie de l'époque à Paris où il travaille en restauration. A 30 ans, il écrit ses premiers sketchs : "un ami m'a inscrit, à mon insu, à une audition d'un café-théâtre qui n'existe plus aujourd'hui : "le Carré Blanc". Cela s'est bien passé, les gens riaient". A cette époque, ajoute-t-il "j'écrivais des textes et des chansons. En fait, je savais plus ce que je ne voulais pas faire". Il précise qu'il n'avait pas envie de suivre un chemin classique. 

Les débuts à Paris 

Arrivé à la capitale, il multiplie les auditions et les scènes ouvertes. L'humoriste débute sa carrière avec "les coups d'humour" sur TF1 en participant à sept émissions d'affilées : "Je me jetais dans le vide. Il y avait une part d'inconnu. On m'appelait pour savoir si j'avais un autre sketch, je répondais oui, mais je n'en avais pas préparés. Aujourd'hui, je ne sais pas si je serais capable de faire un sketch tout de suite de six minutes sans l'avoir testé au préalable". Le secret de Jérôme Daran ? il teste les sketchs sur ses amis pour voir si cela leur parle.

Les rencontres importantes…

Il rencontre Florence Foresti au Festival de Montréal en 2004 puis ils coécrivent jusqu'en 2007 une centaine de sketchs pour l'émission de Ruquier "on a tout essayé" puis "on n'est pas couché". Il se souvient "d'un travail intense avec beaucoup de stresse et de plaisir".

En même temps, il démarre sa carrière au Point-Virgule à Paris : "C'était pour un remplacement et par chance, on m'a gardé pour le créneau de 21h qui est un bon horaire". Cette expérience a duré un an et demi. L'humoriste explique que des personnes "telles que le producteur Arnaud Faz ou encore Jean-Marc Dumontet lui'ont fait confiance pour jouer au Point-Virgule, à l'Olympia, au Splendid, à Bobino…"

Humoriste et chanteur

Jérôme Daran a enregistré un album de cinq morceaux à Besançon il y a de cela trois ans. "C'était un peu pour moi". Les chansons n'avaient pas été commercialisées. Cette année, il précise qu'il va faire des morceaux en français, un peu plus personnels et en phase avec ce qu'il est. Ils seront sûrement commercialisés. Aucun nom d'album n'est pour le moment arrêté.

Ce projet entre dans l'optique d'un nouveau spectacle où la musique fera partie de la promotion. Le 10 juin 2017, un sketch de dix minutes est prévu pour "Le Point-Virgule fait l'Olympia" à Paris.

L'humoriste poursuit, ce mois d'avril, le spectacle "Desperate Housemen" où il joue cinq fois par semaine jusque fin décembre 2017. "Plus de 400.000 spectateurs" en ont franchi la porte depuis quatre ans. Jérôme Daran s'enthousiasme de ce "succès", principalement dû "au bouche à oreilles". Il aime par-dessus tout "la liberté d'aller sur scène, de raconter ce qu'il veut, de remodeler les sketchs, de créer en fonction de ce qui le fait rire".  

PORTAIT CHINOIS :

  • Quelle est la première chose que vous faites le matin en vous levant ? "J'embrasse mon fils"
  • Votre ou vos livres de chevet ? "Tendre est la nuit de F. Scott Fitzgerald"
  • Votre film préféré ? "Captain Fantastic"
  • Le film que vous aimez le moins ? "Je n'en ai pas un en particulier, il y a toujours du bon à prendre d'un film, mais j'aime bien ce qui est réaliste"
  • Acteur/actrice préférée ? "Matthew McConaughey et Eva Green".
  • Quelle est votre musique préférée ? (Artiste en particulier ?) "J'écoute de tout, j'aime bien Barbara".
  • Votre plat préféré ? "La cancoillotte, j'ai trouvé où me ravitailler à Paris, j'ai une bonne adresse".
  • Votre boisson préférée ? "J'aime bien le vin rouge fruité".
  • Votre péché mignon ? "La gourmandise, donc je fais beaucoup de sport pour manger ce que j'aime".
  • Votre couleur préférée ? "Le bleu j'imagine vu que j'en ai pas mal autour de moi".
  • Un peintre préféré ? "ma mère"
  • Si vous alliez sur une île déserte, qu'emporteriez-vous ? "mon fils"
  • Si la réincarnation existait, en quoi ou qui voudriez-vous vous réincarner ? "un oiseau, pour la liberté, une vie simple qui va à l'essentiel"
  • Quel événement historique vous a le plus marqué ? "les attentats de Paris. J'étais sur scène lorsque cela s'est produit. C'était le jour de mon anniversaire"
  • Si vous aviez dû exercer un autre métier (ou d'autres études), quel serait-il ? "la musique, l'écologie, enfin quelque chose en rapport avec la nature"
  • Quelle est votre principale qualité ? "la générosité au sens large du terme"
  • Votre principal défaut ? "un peu flémard"
  • Qui est votre héros ? "les personnes qui respectent la nature, la terre comme les agriculteurs, les restaurateurs…"
  • Pratiquez-vous un sport ? "je fais du sport en salle, du cardio, du vélo, du gainage. Il faut du coffre pour la scène"
  • Un passe-temps ? "la ballade, cela me permet de réfléchir à des paroles de chansons, à l'écriture. C'est la phase où j'observe".
  • Votre pays préféré ? "La France, j'aime la Corse, la Bretagne, le Pays basque et Besançon".
  • Votre animal préféré ? "le perroquet, j'en ai offert un à mon producteur et j'ai dû le garder 24h. J'ai bien aimé l'intelligence que cela a".
  • Une addiction ? "le sport, la cuisine, le bon vin avec quelques amis".
  • Plutôt tram, bus, voiture ou vélo ? "J'alterne, je prends le vélo quand je suis à la bourre"
  • Votre lieu préféré à Besançon ? "Le parc Micaud pour les souvenirs de l'enfance et la Citadelle pour l'adolescence. J'aime aussi le centre-ville, le marché-couvert, l'hôtel de Paris".
  • En Franche-Comté ? "Je me rappelle d'une colonie de vacances dans le Haut-Doubs à Barboux. J'aime le côté vert, la montagne, les forêts. En plus cela n'est pas loin du Saut du Doubs".
  • Campagne ou ville ? "la campagne, pour souffler. Je reviens dès que je peux. J'y ai mes parents et mon frère". Besançon cela fait du bien, j'y suis très attaché, cela n'est pas le même rythme. Il n'y a pas de bruits, c'est une autre vie…"
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

Bernard Minier, président d’honneur du prochain festival Livres dans la Boucle

Le Grand Besançon Métropole a dévoilé lors d’une conférence de presse ce mardi 23 avril 2024 à Besançon, les nouveautés et le nom du président d’honneur de la 9e édition de Livres dans la Boucle qui aura lieu du 20 au 22 septembre à Besançon. Parmi les principales nouveautés, on notera le déménagement de la Grande libraire sur le site de Chamar.

2e édition du BESAK Metal Fest : ”Le métal est bien vivant !”

Pour sa deuxième édition, le Besak Metal Fest fait son retour à la Rodia le 8 mai 2024 à partir de 20h. Cette soirée sera encore une fois marquée par une forte empreinte locale, avec deux groupes ”régionaux” émergents, Swarmaggedon et JE, suivis de Death Decline (Dijon) et de Mortuary (Nancy). L’objectif de ce festival est de donner de la visibilité à des groupes régionaux de niveau professionnel et de bénéficier de la présence de deux groupes à la renommée nationale. 

Musée d’Arts et du Temps : “Nous sommes inquiets pour la santé des agents” (intersyndicale)

Emmanuelle Monnin pour le syndicat Sud CT 25, accompagnée de Sophie Caron, pour Force ouvrière a indiqué "être inquiète" pour les agents, notamment suite à des problèmes de management de la part de Laurence Madeline, la directrice des musées d’arts et du Temps. L’intersyndicale lance également un appel à la maire de Besançon…

Une manifestation contre la répression des free party à Besançon

Suite à une initiative nationale lancée par le compte Instagram ”Tekno anti-répression”, le collectif Franche-Comtek appelle à manifester dans les rues de Besançon samedi 13 avril 2024. Objectif : protester contre ”la politique répressive que mène l’Etat à l’encontre des free party depuis plus de 30 ans et plus particulièrement ces cinq dernières années.”

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.4
légère pluie
le 24/04 à 15h00
Vent
2.21 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
86 %