Surmortalité piscicole : la piste du champignon tueur se confirme...

Publié le 30/05/2012 - 16:34
Mis à jour le 30/05/2012 - 18:28

Selon les autorités suisses, le champignon « aprolegnia parasitica » serait bien la cause de la surmortalité depuis 2009 des poissons dans le Doubs, la Loue et la Sorne. L'origine de la contamination des rivières par l’agent pathogène serait humaine...

rivières

PUBLICITÉ

La truite, l’ombre et la loche sont les trois espèces de poissons sensibles touchées par l’agent pathogène de souche unique depuis 2009 dans le Doubs franco-suisse et la Loue. La surmortalité piscicole a ensuite touché la Sorne en 2011, une rivière suisse qui appartient au bassin versant du Rhin sans aucune connexion avec le Doubs. « Les poissons touchés succombent à une forte infestation d’un agent pathogène appartenant au groupe Saprolegnia parasitica », explique une étude de l’Université de Neuchâtel chargée par l’Office fédéral de l’environnement. Depuis 2012, des poissons présentant des symptômes identiques à ceux du Doubs sont signalés dans d’autres rivières suisses (Areuse, Birse) et françaises (Ain, Bienne) sans que la présence de Saprolegnia parasitica ait encore été confirmée.

Une contamination récente

À l’aide de techniques de biologie moléculaire, les chercheurs du  Laboratoire de biologie du sol de l’Université de Neuchâtel ont analysé la souche virulente et isolé l’agent pathogène : la Saprolegnia parasitica. Le champignon tueur aurait été introduit récemment dans le milieu naturel. « L’origine de la contamination est difficile à déterminer. Les vecteurs potentiels sont nombreux. L’agent pathogène aurait pu être introduit dans le milieu naturel via les bottes d’un pêcheur ou d’un promeneur, via un canoë ou aboutir dans les eaux par le biais d’autres activités humaines (par ex. utilisation de poissons d’appâts vivants, introduction d’espèces exotiques, exploitation agricole) »

Lassaâd Belbahri, directeur de recherche, estime que le champignon pourrait toucher une population déjà affaiblie ou stressée: «Le genre Saprolegnia inclut aussi bien des pathogènes opportunistes, habituellement peu virulents, mais pouvant le devenir si les poissons sont affaiblis, que des espèces très virulentes».

 Désinfecter le matériel de pêche

Face à cette contamination, les autorités piscicoles recommandent de désinfecter le matériel de pêche ou autre ayant été en contact avec les eaux contaminées. La Commission internationale de la pêche dans le Doubs franco-suisse a par ailleurs instauré un moratoire sur la pêche de l’ombre pour les années 2012-2013 afin de permettre à la population d’ombre, fortement touchée, de se reconstituer. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Guêpes : comment réagir face à un nid ?

Guêpes : comment réagir face à un nid ?

Cet été, même 2019 "n'est pas une grosse année à guêpes", on en retrouve quand même régulièrement chez soi. Les experts d'Action Guêpe 25 ont livré leurs conseils pour bien réagir face à un nid installé chez soi...

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 29.22
partiellement nuageux
le 18/08 à 15h00
Vent
4.77 m/s
Pression
1010.5 hPa
Humidité
46 %

Sondage