Trafic de stupéfiants : sept interpellations en Saône-et-Loire et en région parisienne

Publié le 08/10/2019 - 11:48
Mis à jour le 08/10/2019 - 11:48

Sept personnes, soupçonnées d'être impliquées dans un trafic de stupéfiants, ont été interpellées ce mardi 8 octobre 2019 dans la matinée en Saône-et-Loire et en région parisienne au cours d'une vaste opération de police, a-t-on appris auprès du parquet de Chalon-sur-Saône.

01PolicegendarmerieCRS.JPG
©Alexane Alfaro

Quatre personnes ont été interpellées au Creusot (Saône-et-Loire) et trois en région parisienne "après des mois d'investigation, notamment pour localiser les intéressés", a précisé à l'AFP Damien Savarzeix, procureur de la république de Chalon-sur-Saône.

Une vaste opération avait été déclenchée à six heures du matin en Saône-et-Loire, mobilisant 120 policiers, des commissariats locaux, la police judiciaire de Dijon et le Raid, qui intervenaient sur commission rogatoire. Une personne considérée comme la "tête de réseau" a été interpellée, a indiqué M. Savarzeix, sans donner plus de détail sur les arrestations ou les saisies effectuées. Selon le site d'information Creusot-Infos, des armes et des stupéfiants auraient été saisis.

(Source AFP)

1 Commentaire

rappel Drogue égale criminalité cambriolages vols crimes...
Publié le 9 octobre 2019 à 15h19 par marius robert • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Faits Divers

Exactions à la Petite Hollande : le préfet du Doubs condamne et apporte des précisions

Dans la soirée du vendredi 20 novembre 2020, plusieurs individus  ont délibérément détruit du mobilier urbain à l’aide d’un véhicule de six tonnes de type "dumper" volé sur le chantier de rénovation du centre commercial des Hexagones.  "Tous les moyens nécessaires seront mis en œuvre afin que les auteurs soient rapidement interpelés et présentés devant la justice" assure-t-il.

Jonathann Daval présente ses « excuses » et fait un malaise

Jonathann Daval, jugé devant la Cour d'assises de la Haute-Saône pour le meurtre de sa femme Alexia en 2017, a présenté mercredi soir ses "excuses", ajoutant aussitôt que ce qu'il avait fait n'était "pas excusable". L'accusé s'est ensuite évanoui en plein interrogatoire et a été emmené aux urgence de Vesoul. Un point sera fait jeudi matin à 9h pour voir si le procès peut se poursuivre.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -1.18
ciel dégagé
le 24/11 à 6h00
Vent
0.39 m/s
Pression
1027 hPa
Humidité
98 %

Sondage