Un très probable couvre-feu la semaine prochaine dans le Doubs

Publié le 23/10/2020 - 16:06
Mis à jour le 23/10/2020 - 16:26

Joël Mathurin, le préfet du Doubs, s'est entretenu avec des restaurateurs en visio-conférence ce 22 octobre 2020. Il a notamment été évoqué la possibilité d'un couvre-feu dans le courant de la semaine prochaine...

Prefet du doubs
© Alexane Alfaro

Le gouvernement indique qu’il place en zone d’alerte maximale les métropoles ou secteurs ayant un taux d’incidence (nombre de cas pour 100 000 habitants sur sept jours) supérieur à 250 en population générale et supérieure à 100 chez les personnes âgées (plus de 65 ans), ainsi qu’un taux d’occupation des lits en réanimation de patients Covid-19 supérieur à 30 % dans la région (28,3% en Bourgogne-Franche-Comté ce jeudi).

À l'instar des 28 nouveau départements qui devront respecter un couvre-feu à partir de ce vendredi minuit, le Doubs pourrait lui aussi être concerné par cette mesure la semaine prochaine : "la décision revient au Premier ministre. Il est toutefois à noter que le seuil du couvre-feu est fixé à une incidence de 250 pour 100.000 habitants. Hier (jeudi 22 octobre), nous étions à 207 pour 100.000 habitants", explique la Préfecture du Doubs. Ce vendredi, ce chiffre avait déjà augmenté pour arriver à 209,6.

Des restrictions à venir pour les exploitants de bars...

Si couvre-feu il y avait, il serait instauré de 21h à 6h. Les personnes autorisées à circulé devront être munies d'une attestation de déplacement. Comme pour les autres villes, il serait d'une durée de six semaines (jusqu'au 1er décembre environ).

"Le mois de novembre sera éprouvant" et "le nombre de morts va continuer d'augmenter", a prévenu jeudi le Premier ministre Jean Castex, en annonçant l'extension du couvre-feu nocturne qui concerne désormais aussi des zones rurales.

Ce vendredi, 54 départements et 46 millions d'habitants, en plus de la Polynésie, sont désormais soumis à cette mesure qui entrera en vigueur dans la nuit de vendredi à samedi, à minuit. Il s'appliquera de 21H00 à 06H00 et donnera lieu à des amendes en cas de non-respect.

L'exécutif a par ailleurs adopté en Conseil des ministres un projet de loi pour prolonger l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 16 février 2021 inclus. Le texte, qui nécessite un vote au Parlement, sera examiné dès ce week-end à l'Assemblée nationale.

L'exécutif entend aussi pouvoir appliquer des mesures de restrictions de circulation, de rassemblements ou d'ouverture des établissements au moins jusqu'au 1er avril 2021, sur tout ou partie du territoire et en fonction de la situation épidémique, selon le texte.

Covid-19 : les chiffres en Bourgogne Franche-Comté

Évolution du Covid-19 en Bourgogne-Franche-Comté

Sources : data.gouv.fr


CODIV-19 dans le Doubs

Sources : data.gouv.fr


(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Reprise des cultes : « Nous jugeons la jauge à 30 personnes irréaliste et inapplicable en l’état » selon l’Archevêque de Besançon

Dans son discours du 26 novembre 2020, le premier ministre a précisé que la jauge de participation des fidèles aux messes dominicales reste fixée à 30 personnes pour la reprise des célébrations ce 28 novembre, et ce quelle que soit la taille de l’église. Dans une lettre adressée aux curés, prêtres, diacres, délégués pastoraux, équipes de coordination pastorale et aux fidèles du diocèse, l'archevêque de Besançon, Monseigneur Jean-Luc Bouilleret, manifeste son incompréhension concernant "cette mesure arbitraire qui ne prend pas en compte la juste proportion du nombre de personnes en fonction de la taille de l'église".

Violences conjugales : le dépôt de plainte bientôt possible à l’hôpital de Besançon…

Dans le cadre de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes ce 25 novembre 2020, plusieurs acteurs du département ont signé une convention relative à l’accueil, la prise en charge et la prise des plaintes des femmes victimes de violences, dans les locaux du Centre Hospitalier Universitaire de Besançon.

Violences conjugales : le premier bracelet anti-rapprochement testé dès le 8 décembre à Besançon

À l'occasion de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes, le procureur de la République de Besançon et le préfet du Doubs entouré de leurs partenaires (France Victime Besançon, Police, Gendarmerie et Service Pénitentiaire d'Insertion et de Probation) ont signé ce mercredi 25 novembre 2020 le protocole de mise en œuvre du "Bracelet anti-rapprochement" au sein du tribunal judicaire de Besançon. Objectif : mieux protéger les victimes de conjoints ou ex-conjoints violents.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.97
ciel dégagé
le 28/11 à 15h00
Vent
4.34 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
40 %

Sondage