Une bombe au phosphore de la Seconde Guerre mondiale explose : un blessé léger

Publié le 08/08/2014 - 07:18
Mis à jour le 08/08/2014 - 09:22

Une bombe américaine au phosphore datant de la Seconde Guerre mondiale, découverte sur un chantier à Philippsbourg en Moselle et a subitement explosé jeudi matin (7 août 2014) avant l'arrivée des démineurs, faisant un blessé léger, a-t-on appris auprès des pompiers. 

PUBLICITÉ

Malgré un périmètre de sécurité, un ouvrier du chantier a été légèrement brûlé au bras par un débris de l’explosion et a été brièvement hospitalisé. »Il a pu rentrer chez lui dans l’après-midi, il va bien« , selon un porte-parole des pompiers du département. Ce même ouvrier avait découvert la bombe de 50 kg lors de travaux d’assainissement dans le village. Après l’avoir déterrée et manipulée, des émanations blanches de phosphore ont commencé à s’en échapper. 

« Il a cru bien faire, il a voulu la mettre à l’écart » mais « l’idéal aurait été qu’il ne sorte pas la bombe du trou et qu’il la recouvre de terre », a estimé le pompier. Ainsi « il n’y aurait pas eu d’émanations phosphorées, la bombe ne serait pas montée en température et n’aurait pas explosé« . »On a frôlé la catastrophe« , a commenté Mathieu Muller, le maire de Philippsbourg, contacté par l’AFP. Il est fréquent de retrouver des bombes de la Seconde Guerre mondiale dans la région mais leur explosion incontrôlée est « rarissime« , a souligné l’élu. 

Les émanations de phosphore ont duré des heures après l’explosion, contraignant une cinquantaine de riverains à rester confinés chez eux jusqu’en fin d’après-midi, a précisé le maire, qui a pris un arrêté interdisant l’accès au site jusqu’à samedi. 

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Jonathann Daval a admis qu’il avait « procédé à la crémation partielle du corps » d’Alexia

Jonathann Daval a admis qu’il avait « procédé à la crémation partielle du corps » d’Alexia

Lundi 17 juin 2019, Jonathann Daval a livré des aveux complets lors d'une reconstitution qui s'est déroulée pendant sept  heures à Gray en Haute-Saône, reconnaissant avoir lui-même "procédé à la crémation du corps" de sa femme Alexia et lui avoir porté des coups violents, a déclaré le procureur de Besançon Etienne Manteaux.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.34
partiellement nuageux
le 19/06 à 0h00
Vent
2.14 m/s
Pression
1012.44 hPa
Humidité
74 %

Sondage