Une famille kosovare expulsée : un des enfants introuvable

Publié le 05/09/2013 - 11:55
Mis à jour le 05/09/2013 - 12:06

Selon l'association Réseau Education Sans Frontière (RESF), la famille Ramadani, les parents et leur trois filles, d'origine Kosovare, était sur le point de se faire expulsée mercredi matin au Kosovo alors qu'ils avaient obtenu 45 jours de rétention administrative supplémentaires. Une des filles est introuvable, l'expulsion devra donc attendre.

PUBLICITÉ

Déboutée en août, la famille Ramadani a fait un recours auprès de Manuel Valls. Une première assignation à résidence leur avait été notifiée. Elle avait été prolongée pour 45 jours le vendredi 30 août dernier.

Ce mercredi 4 septembre à 6h du matin, la famille a été arrêtée à son domicile par la police d’après Patrice Salzentstein, membre de RESF. La maman se serait débattue, manquant de tomber par une fenêtre. Les policiers seraient restés une heure et demie.

Les parents et leurs deux plus jeunes filles auraient été transférés depuis Montbéliard jusqu’à Besançon. Ils n’étaient pas au commissariat de Besançon comme l’avait cru initialement la RESF, mais dans un CHRS (centre destiné à accueillir des SDF) au « Forum » derrière l’espace Planoise à Besançon.

Mercredi soir, ils ont dormi à l’hôtel des baladins à Besançon. « Si leur nuit d’hôtel est payée, on ne sait pas s’ils ont été nourris ou s’ils ont de l’argent avec eux » souligne Patrice Salzentstein.

Ce jeudi matin, vers 9h, la famille s’est rendue au commissariat de Besançon pour signer des documents. La plus âgée des filles reste encore introuvable. La police continue ses recherches. Tant qu’elle n’est pas retrouvée, la famille ne pourra pas être expulsée.

« Ils ont toute leur famille ici. Ils n’ont plus rien au Kosovo ! Leur maison est brûlée là-bas ! » raconte Colette Faivre, membre de RESF Montbéliard, « tout ce qui les attend là-bas c’est la mort ». 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Empoisonnements à Besançon : une ex-collègue soupçonne l’anesthésiste, la  défense réfute

Empoisonnements à Besançon : une ex-collègue soupçonne l’anesthésiste, la défense réfute

Une ex-collègue de Frédéric Péchier, l'anesthésiste de Besançon mis en examen pour 24 empoisonnements présumés, le soupçonne d'avoir voulu l'empoisonner lors d'une opération, ce que réfute catégoriquement la défense, a-t-on appris ce vendredi 24 mai 2019 auprès des avocats des deux parties.

Enfants noyés à Chalon-sur-Saône : leur belle-mère mise en examen pour « homicides involontaires »

Enfants noyés à Chalon-sur-Saône : leur belle-mère mise en examen pour « homicides involontaires »

La belle-mère de trois frères et soeur, qui s'étaient noyés l'été dernier dans un lac de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), a été mise en examen pour "homicides involontaires", a-t-on appris ce jeudi 23 mai 2019 auprès du parquet, confirmant une information du Journal de Saône-et-Loire.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 19.53
ciel dégagé
le 26/05 à 15h00
Vent
3.07 m/s
Pression
1015.17 hPa
Humidité
62 %

Sondage