Une femme indemnisée pour avoir contracté le VIH dans un laboratoire de recherche à Genève

Publié le 29/02/2024 - 12:01
Mis à jour le 29/02/2024 - 10:30

Une Italienne qui aurait contracté le virus du sida à l'Université de Genève où elle a mené des recherches scientifiques a obtenu une indemnité de la part de l'établissement suisse, a indiqué mercredi 28 février 2024 à l'AFP l'Université italienne de Padoue (Nord) dont elle dépendait.

 © D Poirier
© D Poirier

L'Italienne, dont l'identité demeure confidentielle, a effectué un échange d'études en 2011 à l'Université de Genève dans le cadre du programme universitaire européen Erasmus, selon la presse italienne. Elle devait y poursuivre des recherches pour achever sa thèse et a travaillé dans un laboratoire de l'université en utilisant des échantillons du virus du sida.

Rentrée en Italie, elle a poursuivi une vie normale jusqu'en 2019, quand, à l'occasion d'un examen pour pouvoir donner son sang, elle a découvert être positive au virus du sida. A ce stade, la manière dont elle l'a contracté n'a pas été déterminée formellement, même si des laboratoires italiens ont conclu, sur la base d'un séquençage génétique, que le virus que porte la jeune femme "est identique à ceux qui ont été conçus en laboratoire" à Genève, écrit le journal.

A l'appui de ces conclusions, elle a entamé une bataille judiciaire qui s'est finalement achevée par un accord à l'amiable et un dédommagement de 145.000 euros. L'accord prévoit l'abandon des poursuites judiciaires, a précisé à l'AFP l'Université de Padoue.

"La transaction en cours de finalisation n'implique pas de reconnaissance de responsabilité ou de prétentions de l'une ou l'autre partie", a indiqué de son côté l'Université de Genève, sollicitée par l'AFP.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 12.93
légère pluie
le 15/04 à 9h00
Vent
4.58 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
94 %