Alerte Témoin

Abus aux Foyers de la charité : le nombre de victimes présumées double quasiment 

Publié le 07/06/2020 - 17:13
Mis à jour le 11/08/2020 - 11:32

Le nombre de personnes se disant victimes d'abus du père Finet, co-fondateur des Foyers de la charité décédé il y a trente ans, a presque doublé, "confirmant des agissements graves", indique le père modérateur de l'oeuvre dans une lettre dont l'AFP a obtenu copie dimanche

Les Foyers de la charité, qui organisent des retraites spirituelles partout dans le monde, ont été fondés dans la Drôme en 1936 par le père Finet et Marthe Robin. L’institution compte 78 foyers dans le monde qui accueillent 50.000 personnes par an. Des écoles ou hébergements de vacances sont rattachés également à certains foyers.

"Je puis vous dire qu'à ce jour, plus de vingt témoignages se sont ajoutés aux vingt-six évoqués" à la suite d'un précédente enquête, écrit le père Moïse Ndione, père modérateur de l'Oeuvre des Foyers de la charité.

"Ces nouveaux témoignages confirment de manière concordante des agissements graves du père Finet", ajoute le père Ndione. "Pourquoi ces personnes mentiraient-elles? Qu'est-ce qui les pousserait à mentir?", poursuit-il sans donner plus de précisions sur les témoignages. "D'autres personnes", dont le nombre n'est pas précisé, ont livré des "témoignages positifs", écrit-il dans une lettre aux membres de l'Oeuvre.

Début mai, un rapport interne rendu public faisait état de 26 femmes, la plupart mineures au moment des faits, se disant victimes d'abus physiques ou psychologiques lors de confessions.

Ce rapport suivait l'établissement d'une commission de recherche indépendante décrété à la suite de plusieurs signalements et de la publication d'un témoignage dans la presse.

En quelque mois, elle a récolté près de 150 témoignages sur une période allant de 1945 à 1983. La plupart se manifestent pour défendre le père Finet mais 26 femmes, pour la plupart anciennes élèves de l'établissement scolaire du Foyer de Charité de Châteauneuf-de-Galaure (Drôme) et âgées de 10 à 14 ans au moment des faits, dénoncent son comportement lors de confessions.

"Quatorze récits concordants attestent de touchers du corps de la part du père Finet et 20 témoignages attestent de questionnements insistants et intrusifs à caractère sexuel", écrit la commission dans son rapport qui parle de "gestes déplacés", d'"abus de pouvoir".

Les témoignages, concordants, permettent de dresser le mode opératoire du religieux: des confessions tard le soir dans sa chambre-bureau et des élèves à genoux très près de lui ou parfois sur ses genoux. Il "focalisait particulièrement la confession sur la sexualité", disent les victimes présumées.

La commission a aussi reçu neuf témoignages concernant des abus possiblement commis par d'autres personnes dont certains ont fait l'objet de signalement aux autorités judiciaires.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Religion

Frappée et tondue à Besançon parce qu’elle aime un chrétien : Gérald Darmanin parle de barbarie

Les réactions se multiplient après les violences subies par une adolescente musulmane de 17 ans dans le quartier des Clairs-soleils à Besançon. Le ministre de l'Intérieur estime que cette violence appelle aux sanctions les plus sévères. Pour Anne Vignot, la maire EELV de Besançon cette "intolérance (...) n'a pas sa place dans notre République."

Une adolescente musulmane tondue et frappée pour avoir fréquenté un chrétien

Les parents, l'oncle et la tante d'une adolescente musulmane de 17 ans originaire de Bosnie-Herzégovine l'ont tondue et violemment frappée lundi 17 août 2020 dans le quartier des Clairs-Soleils à Besançon, lui reprochant une liaison avec un jeune serbe chrétien, a-t-on appris vendredi auprès du parquet de Besançon.

Célébration de l’Aïd-el-Kebir en Bourgogne-Franche-Comté : des règles sanitaires et environnementales à respecter

La fête de l’Aïd-el-Kébir devrait débuter vers le samedi 1er août 2020. La date, fixée par le conseil français du culte musulman, sera confirmée une dizaine de jours avant l’événement. Cette fête, qui dure traditionnellement trois jours, donne lieu à des abattages rituels d’animaux et doit se dérouler dans le respect des réglementations sanitaires, environnementales, relatives au bien-être animal et commerciales, rappelle la préfecture de Bourgogne Franche-Comté.

La mosquée de Planoise, la dernière à rouvrir ses portes à ses fidèles à Besançon

Si la plupart des mosquées de Besançon ont pu rouvrir leurs portes le 13 juin dernier après le confinement, la mosquée de Planoise, la plus grande de la ville (1.500 m2) a dû retarder sa réouverture au 22 juin pour des raisons logistiques afin d'accueillir ses fidèles dans le respect des règles sanitaires contre la propagation du covid-19. Jouad Amarouch, président de l'association Al Fath de la mosquée de Planoise répond à nos questions.

Livres Dans la Boucle 2020

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     23.08
    peu nuageux
    le 20/09 à 12h00
    Vent
    1.92 m/s
    Pression
    1014 hPa
    Humidité
    79 %

    Sondage