Alstom: Bartolone critique la « communication rétrograde » de la direction

Publié le 14/09/2016 - 13:40
Mis à jour le 14/09/2016 - 15:41

Le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone (PS), a critiqué mercredi la "communication rétrograde" de la direction d'Alstom, voyant la solution pour Belfort via des commandes mais pas par une forme de nationalisation.

claude_bartolone.jpg
© assemblée nationale
PUBLICITÉ

« La direction d’Alstom, je ne comprends pas leur communication. Avec l’expérience d’un certain nombre d’entreprises qui ont connu des difficultés, avoir cette communication rétrograde avec les organisations syndicales, les salariés, les élus locaux et même le gouvernement, c’est une erreur et même une stupidité », a-t-il jugé lors de l’émission Questions d’info LCP/Le Monde/AFP/France Info.

S’il a trouvé « pas impossible » qu’ « un certain nombre d’entreprises en difficultés ou en mutation essayent d’utiliser l’année qui précède une élection présidentielle », M. Bartolone a considéré qu’il y a d’autres manières de faire « sur des sujets relevant de la réindustrialisation du pays et d’un de nos points forts industriels que d’utiliser la communication au travers des médias ou en prenant les salariés en otage ».

Comme on lui demandait si François Hollande n’en faisait pas trop sur le dossier Alstom, le président de l’Assemblée a répondu: « Non. Ce n’est pas n’importe quelle entreprise, c’est 400 salariés directs, 1.200 indirects, une société présente à Belfort depuis 1879 et un savoir-faire sur un marché de plus en plus sollicité au niveau mondial ».

Et « ce n’est pas du tout une entreprise qui s’effondre », a-t-il lancé. Non seulement Alstom a « l’équivalent de quatre années de chiffre d’affaires de commandes » mais il y a « des commandes en discussion » avec la RATP et la SNCF notamment au niveau de la région Ile-de-France avec « peut-être le plus grand chantier européen, celui du Grand Paris », selon ce député de Seine-Saint-Denis. L’écotaxe, que « j’avais proposé de réinstaller dans un certain nombre de régions, notamment en Ile-de-France parce que nous sommes en retard pour la transition énergétique sur les transports », serait « bonne pour les usagers et  pour une entreprise comme Alstom », a jugé M. Bartolone.

Quid d’une nationalisation partielle ou temporaire d’Alstom, comme suggéré par l’ex-élu de Belfort Jean-Pierre Chevènement? « Je ne crois pas que ce soit une question de tour de table simplement », a déclaré le président de l’Assemblée. Il faut qu’« on utilise la commande publique et qu’on aide l’entreprise à gagner la bataille des technologies du futur » pour les trains à grande vitesse, sinon « les Chinois, les Allemands ou d’autres vont nous passer devant ».

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

alstom belfort

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat central FO Alstom exprime ses inquiétudes sur l'avenir d'Alstom depuis son mariage ferroviaire avec Siemens dans une lettre ouverte au président de la République. Depuis le 27 septembre 2017,  Siemens est entré au capital d'Alstom à hauteur de 50 % dans le cadre d'un rapprochement "entre égaux". L'État français n'est pas actionnaire du groupe. 

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Suite à une rencontre avec les élus locaux et le préfet du Territoire de Belfort ce vendredi 4 août à Bercy, le ministre de l'Économie a déclaré qu’au-delà du plan de sauvetage, il était nécessaire de réfléchir à des mesures à plus long terme pour définir une véritable stratégie industrielle pour le groupe Alstom.

Alstom : des élus demandent à François Hollande « d’user de toute son influence pour déclencher les commandes »

Alstom : des élus demandent à François Hollande « d’user de toute son influence pour déclencher les commandes »

Dans une lettre ouverte datant de ce mardi 21 février 2017 au président de la République François Hollande, quatre élus du Territoire de Belfort lui demandent de "rassurer" les salariés d'Alstom en usant "de toute son influence pour déclencher" les commandes citées dans le plan de sauvetage de l'État. Une lettre qui prépare la visite du président à l'usine de Belfort ce mercredi 22 février.

Dans la catégorie

Maison d’arrêt de Lure : « le Gouvernement nous retire même les miettes » dénonce Michel Raison

Maison d’arrêt de Lure : « le Gouvernement nous retire même les miettes » dénonce Michel Raison

Dans le cadre de sa mission de contrôle de l'action du Gouvernement, Michel Raison, sénateur de la Haute-Sao?ne a interrogé mardi 14 mai 2019  en séance publique au Sénat, la ministre de la cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, sur les engagements pris par la ministre  pour réparer le préjudice subi par la Ville de Lure suite à la décision du Gouvernement Philippe d'abandonner le projet de nouvel établissement pénitentiaire sur lequel le Président François Hollande s'était engagé en septembre 2015.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.01
légère pluie
le 20/05 à 9h00
Vent
3.34 m/s
Pression
1008.64 hPa
Humidité
97 %

Sondage