Besançon : mis en examen pour l'assassinat de la mère de ses enfants

Publié le 20/10/2014 - 17:55
Mis à jour le 20/10/2014 - 18:18

L’homme qui s’était rendu au commissariat de Besançon en s’accusant d’avoir tué la mère de ses enfants, samedi 18 octobre 2014, a été mis en examen pour assassinat et placé en détention provisoire.

 © Léon Gama
© Léon Gama

Cet habitant du secteur de Besançon a reconnu s'être introduit avec un couteau dans le pavillon de la mère de ses trois enfants dans la nuit du vendredi 17 au samedi 18 octobre 2014. Il a attendu son retour dans le noir.
 Lorsque la mère de famille est rentrée, elle a hurlé en apercevant l'homme. D'après les déclarations de ce dernier, il aurait alors paniqué, la poignardant d’une quinzaine de coups de couteau environ. Il a affirmé aux enquêteurs de la sûreté départementale de Besançon qu'il souhaitait lui faire peur, mais qu'il ne voulait pas la tuer. Il n'a pas donné de mobile précis, évoquant juste de vieilles rancoeurs liées à leur séparation.

Présenté au pôle de l'instruction de Besançon ce lundi 20 octobre 2014, le quadragénaire a été mis en examen pour assassinat, le juge ne goûtant guère ses explications et retenant la préméditation de son geste.

Son avocate Me Claude Varet a souligné qu'un placement en service psychiatrique serait plus approprié pour cet homme soigné depuis une dizaine d'années pour des troubles psychiatriques et des tendances dépressives. Mais le juge des libertés et de la détention a suivi les réquisitions de placement en détention de la vice-procureure Margaret Parietti. L'assassin présumé a été écroué à la maison d'arrêt de Besançon.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Pancartes anti-migrant : Anne Vignot condamne “des actes criminels” commis durant le carnaval

Le dimanche 7 avril 2024, alors que la fête du carnaval de Besançon battait son plein, deux jeunes femmes se sont immiscées au milieu du cortège et ont brandi des pancartes anti-immigration. Un acte "immonde" pour la maire, Anne Vignot qui a dès ce lundi 8 avril déposé plainte pour incitation à la haine et condamné une fois de plus ce genre d’action lors d’une conférence de presse ce lundi après-midi dans les bureaux de la Ville. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.55
nuageux
le 12/04 à 18h00
Vent
1.15 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
65 %