Corps calciné à Thise : un assassinat lié à un trafic de stupéfiants

Publié le 13/03/2023 - 18:11
Mis à jour le 13/03/2023 - 18:13

L'assassinat d'un homme tué d'une balle dans la tête et retrouvé calciné dans un bois de Thise est probablement lié à un trafic de stupéfiants, a indiqué ce lundi 13 mars le procureur de la République de Besançon, Etienne Manteaux.

 © Élodie R.
© Élodie R.

La victime, dont les analyses ADN ont pu déterminer qu'il s'agissait d'un jeune de 26 ans, a été "tué d'une balle dans la tête (...) tirée de l'arrière vers l'avant", a-t-il indiqué lors d'une conférence de presse. Son corps, dont une partie "était dans un état de carbonisation très avancée", a été incendié pendant "au moins 180 minutes", a ajouté M. Manteaux.

Selon Etienne Manteaux, la jeune victime avait été aperçue mercredi soir dans une voiture avec un autre homme de 21 ans qui s'est depuis volatilisé. Le procureur a jugé cette disparition "particulièrement inquiétante". Samedi, il avait déjà indiqué à l'AFP avoir élargi l'enquête sur l'assassinat "à des faits de séquestration possible d'un second individu".

Cette deuxième personne a été "condamnée à onze reprises", notamment pour "trafic de stupéfiants" et son train de vie ne correspond en rien à ses ressources officielles, "proches du néant", a poursuivi M. Manteaux.

"Cela donne une toile de fond qui justifie l'extension de la saisine de la section de recherche (de la gendarmerie) à des faits d'association de malfaiteurs en lien avec des trafic de produits stupéfiants", a encore déclaré le magistrat.

"Certains délinquants ont peur de ce qui est en train de se passer à Besançon"

Dans ce dossier, "de façon tout à fait nouvelle, il y a énormément d'informations qui remontent aux services d'enquête", a-t-il relevé. Dans les affaires précédentes, "nous n'avions jamais d'information" car les victimes, qui estiment que "c'est au réseau criminel de régler ses comptes", renâclent à coopérer, a expliqué le procureur.

Mais "manifestement, certains délinquants ont peur de ce qui est en train de se passer à Besançon", où des individus "n'hésitent pas à donner la mort, voire à brûler des corps", a estimé Etienne Manteaux, selon lequel "il y a un sentiment de peur qui conduit certains délinquants ou certains témoins (...) à parler à la gendarmerie".

Les règlements de compte se sont multipliés ces dernières années dans la capitale franc-comtoise, notamment dans le quartier de Planoise, théâtre de plusieurs fusillades meurtrières sur fond de guerre de territoire entre revendeurs de drogue.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Une élève scolarisée au Congo " discriminée " dans un lycée militaire de Saône-et-Loire

Le Conseil représentatif des associations noires (Cran) a porté plainte pour "discrimination et abus de pouvoir" contre le lycée militaire d'Autun, en Saône-et-Loire, accusée de défavoriser une élève de seconde venue d'un collège du Congo-Brazzaville, a-t-on appris mercredi 22 mars 2023 de source judiciaire.

Retraites : le préfet réagit sur les récents débordements des dernières manifestations

Dans un communiqué, le préfet du Doubs Jean-François Colombet a réaffirmé son soutien aux forces de police pour « rétablir l’ordre public républicain dans le centre-ville de Besançon » suite aux derniers débordements survenus lors des manifestations non déclarées des 20 et 21 mars 2023 contre la réforme des retraites.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.86
couvert
le 24/03 à 0h00
Vent
7.05 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
78 %