Côte-d'Or : deux personnes écrouées après un enlèvement sur fond de trafic de drogue

Publié le 21/11/2020 - 09:41
Mis à jour le 21/11/2020 - 09:41

Deux personnes ont été mises en examen et écrouées après l'enlèvement le 12 novembre à Mirebeau-sur-Bèze (Côte-d'Or) d'un individu sur fond de trafic de stupéfiants, a annoncé vendredi 20 novembre 2020 le procureur de Dijon Eric Mathais.

La gendarmerie avait été alertée le 13 novembre de l'enlèvement d'une personne la veille par plusieurs ravisseurs, sur un signalement précisant qu'ils réclamaient la somme de 7.000 euros pour libérer leur otage, a expliqué M. Mathais dans un communiqué.

L'enquête, confiée à la section de recherches de Dijon et la brigade de recherche d'Is-sur-Tille, avait mis en évidence un possible lien avec trafic de produits stupéfiants.

Appuyés par un négociateur régional de la gendarmerie, un rendez-vous était fixé aux malfaiteurs à Arc-sur-Tille (Côte-d'Or). "Le soir-même, les ravisseurs se présentaient au rendez-vous en compagnie de la victime", qui a été libérée tandis que ses agresseurs étaient interpellés, a ajouté le procureur, en précisant que l'antenne GIGN de Dijon avait notamment été déployée.

  • Les perquisitions au domicile des suspects a permis la saisie de 21.500 euros en numéraire, d'un fusil à pompe, de deux armes de poing, de cagoules et de plusieurs téléphones portables.

Les deux mis en cause ont été mis en examen pour "enlèvement et séquestration en bande organisée, blanchiment, association de malfaiteurs et extorsion en bande organisée". "L'enquête se poursuit sous la direction d'un juge d'instruction", a indiqué M. Mathais.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Exactions à la Petite Hollande : le préfet du Doubs condamne et apporte des précisions

Dans la soirée du vendredi 20 novembre 2020, plusieurs individus  ont délibérément détruit du mobilier urbain à l’aide d’un véhicule de six tonnes de type "dumper" volé sur le chantier de rénovation du centre commercial des Hexagones.  "Tous les moyens nécessaires seront mis en œuvre afin que les auteurs soient rapidement interpelés et présentés devant la justice" assure-t-il.

Jonathann Daval présente ses « excuses » et fait un malaise

Jonathann Daval, jugé devant la Cour d'assises de la Haute-Saône pour le meurtre de sa femme Alexia en 2017, a présenté mercredi soir ses "excuses", ajoutant aussitôt que ce qu'il avait fait n'était "pas excusable". L'accusé s'est ensuite évanoui en plein interrogatoire et a été emmené aux urgence de Vesoul. Un point sera fait jeudi matin à 9h pour voir si le procès peut se poursuivre.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.68
nuageux
le 25/11 à 6h00
Vent
1.12 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
86 %

Sondage