Coup de matraque à Besançon : l’IGPN est saisie

Publié le 01/04/2019 - 08:28
Mis à jour le 01/04/2019 - 09:53

Suite au coup de matraque reçu par un Gilet Jaune ce samedi 30 mars 2019 à proximité de la City à Besançon, l'Inspection Générale de la Police nationale (IGPN) ou communément appelée "la police des polices" se rendra sur place pour mener une enquête administrative.

Controlepolice2.JPG
Controlepolice2.JPG
PUBLICITÉ

La Préfecture du Doubs annonce dans un communiqué la saisie de l’IGPN pour une enquête administrative « afin d’apporter un éclairage complet sur les circonstances dans lesquelles un bâton de défense souple a été employé ».

C’est justement ces circonstances qui ont créé la polémique sur les réseaux sociaux. D’un côté la vidéo postée en ligne samedi par Radio Bip montre un homme de dos,  recevant un coup de matraque d’un policier. L’homme se tient le visage et l’on entend une femme derrière en train de crier et de demander à un autre policier : « il fait quoi votre collègue ? Pourquoi il lui a donné un coup de matraque ?  » . La victime a été prise en charge par les Street Medics ( en français « soigneur ou secouriste de rues ») sont des volontaires qui fournissent des soins médicaux, comme les premiers secours.

D’un autre côté, la Préfecture assure que cette personne a été touchée pour deux raisons :  « Il a essayé de faire obstruction à la poursuite du casseur recherché. On ne le voit pas sur la vidéo, mais les policiers passent et ne s’arrêtent pas vers lui, car ils continuent de remonter la voie pour arrêter le casseur. Il n’était donc pas la cible. Il était là pour protéger les casseurs afin qu’ils puissent s’enfuir. Il faisait donc obstruction de son corps », nous expliquait ce dimanche Nicolas Régny, directeur de cabinet du Préfet du Doubs.

La deuxième raison donnée est celle-ci : « Il y a une bombe lacrymogène à ses pieds qui n’avait pas fonctionné et qu’il a essayé de ramasser afin de la relancer sur les Forces de l’Ordre », poursuit Nicolas Régny qui précise que la personne qui a reçu le coup de matraque a été légèrement blessée à l’arcade sourcilière.

Rappel des faits lors de la manifestation de ce samedi

Des individus « venus pour en découdre », selon la Préfecture, ont lancé des projectiles en direction des Forces de l’Ordre au niveau de la Porte Noire à Besançon (à côté du Rectorat).

La manifestation s’est ensuite poursuivie en direction du tunnel puis de Saint-Jacques pour finir à Chamars où de nouveaux affrontements, plus violents, ont éclaté malgré l’ordre de dispersion donné par le Préfet.

Les Forces de l’Ordre ont riposté à l’aide de grenades lacrymogènes et de deux tirs de LBD « non touchant » (lanceur de balle de défense). Six personnes ont été interpellées à 18h30 à Besançon.

Ce lundi, le préfet du Doubs a souhaité exprimer aux forces de l’ordre « sa reconnaissance, car les dégradations excessives ont été évitées et les bâtiments publics protégés malgré la survenue de plusieurs faits de violence envers les personnes et les biens ».

Mi-mars, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner avait affirmé sur BFMTV que l’IGPN avait été saisie par la justice de 174 affaires de violences policières présumées lors de manifestations des « gilets jaunes », indique l’AFP.

2 Commentaires

Mais que fait la police!
Publié le 1 avril à 14h50 par boissetou • Membre
Et allé, le Préfet Mathurin peut se vanter de sa fake news. Règle numéro 1 : vérifier l'information
Publié le 1 avril à 16h30 par boissetou • Membre

2 commentaires

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Empoisonnements à Besançon : une ex-collègue soupçonne l’anesthésiste, la  défense réfute

Empoisonnements à Besançon : une ex-collègue soupçonne l’anesthésiste, la défense réfute

Une ex-collègue de Frédéric Péchier, l'anesthésiste de Besançon mis en examen pour 24 empoisonnements présumés, le soupçonne d'avoir voulu l'empoisonner lors d'une opération, ce que réfute catégoriquement la défense, a-t-on appris ce vendredi 24 mai 2019 auprès des avocats des deux parties.

Enfants noyés à Chalon-sur-Saône : leur belle-mère mise en examen pour « homicides involontaires »

Enfants noyés à Chalon-sur-Saône : leur belle-mère mise en examen pour « homicides involontaires »

La belle-mère de trois frères et soeur, qui s'étaient noyés l'été dernier dans un lac de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), a été mise en examen pour "homicides involontaires", a-t-on appris ce jeudi 23 mai 2019 auprès du parquet, confirmant une information du Journal de Saône-et-Loire.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 21.22
partiellement nuageux
le 24/05 à 15h00
Vent
2.35 m/s
Pression
1013.1 hPa
Humidité
57 %

Sondage