Des bus électriques et hybrides à l'essai cet automne sur le réseau Ginko

Publié le 22/10/2021 - 16:30
Mis à jour le 22/10/2021 - 15:36

Grand Besançon Métropole et Kéolis Besançon Mobilités testent du 20 au 30 octobre un bus électrique sur la ligne Ginko Citadelle. Suivront d’autres essais avec de bus hybride, à l’hydrogène dans le but d’orienter ses choix pour le remplacement progressif du matériel roulant au diesel.

Ce mercredi 20 octobre 2021, le premier véhicule testé était un bus électrique d'une capacité de 60 passagers sur la ligne exigeante Ginko Citadelle.

Une puissance immédiatement disponible comme sur tout véhicule électrique, un compromis gabarit / capacité idéal pour rejoindre la Citadelle, une acoustique intérieure très confortable : le bus Heuliez fabriqué en France semble taillé pour la ligne reliant Chamars à la Citadelle. Il sera également testé sur la ligne 10 reliant Chaffanjon au CHRU.

Intégrant un pack de 10 batteries Lithium-ion à l'arrière du bus et sur le toit pour une puissance de 420 kWh, il offre une autonomie de 200 à 300 km selon la saison et la typologie et le dénivelé de la ligne.

Ginko renouvelle son parc à raison de six à sept bus tous les ans (du mini bus au bus standard ou articulés) pour un montant de 2,5 M€ HT.  Grand Besançon Métropole souhaite s'orienter vers des énergies alternatives.

D'autres essais en exploitation, avec voyageurs, sont programmés avec le prêt d'un bus hybride (électrique- GNV gaz naturel véhicule) sur une dizaine de jours du jeudi 28 octobre au lundi 8 novembre 2021. Au printemps 2022, c'est un bus hydrogène qui sera à l'essai sur le réseau.

Mais pourquoi tester des bus alors que l'on connaît les avantages et inconvénients de chaque technologie ? "Déjà pour les conducteurs de bus, pour les usagers" explique Marie Zéhaf, vice-présidente en charge des transports et des mobilités à Grand Besançon Métropole. "Mais aussi, pour nous en tant que collectivité qui souhaitons investir dans de nouveaux bus avec des énergies nouvelles, car nous avons une configuration de ville assez particulière avec beaucoup de dénivelés, Citadelle, Bregille, Chaudanne. C'est pourquoi nous avons besoin de tester ces véhicules nouveaux... "

Plusieurs tests sur une petite année

Aujourd'hui, 40% des voyageurs Ginko sont transportés par le tramway qui est donc électrique. Sur la flotte des 116 bus, 80 roulent aujourd'hui au gasoil 36 au gaz naturel. Reste la question du prix. Un bus articulé GNV coûte environ 430.000 € HT "C'est déjà 20% de plus qu'un bus gasoil" note Laurent Scénécat, directeur de Kéolis Besançon Mobilités. "Un bus électrique, c'est en moyenne 50% plus cher et un bus à hydrogène, deux à trois fois plus cher." Sans compter les investissements liés aux infrastructures pour la recharge des bus que ce soit à l'électricité ou à l'hydrogène.

Quel serait le choix d'Anne Vignot "Je suis une élue réaliste au regard des contraintes, de la fluidité, de la maintenance du matériel roulant et du budget ! Comme nous l'avons fait pour le tramway, nous pourrions aussi peut-être regarder pour des commandes groupées avec d'autres collectivités" répond la présidente de Grand Besançon Métropole. "Cela dit, on le voit, il faut regarder vers d'autres technologies d'où l'importance de ces tests qui vont durée une petite année..."  Une chose est sûre, elle a pu apprécier le silence intérieur, même si tous les bus font toujours Pschiiit "ce fameux bruit de dragon" lié aux systèmes pneumatiques des bus.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Transports

Clément Beaune promet un effort conséquent sur le ferroviaire

L'effort d'investissement dans le ferroviaire devrait atteindre ces prochaines années les 100 milliards d'euros que réclame le PDG de la SNCF Jean-Pierre Farandou, a estimé ce mardi 2 août 2022 le ministre délégué aux Transports Clément Beaune, pour qui "la priorité des priorités" va au réseau et aux trains du quotidien.  

Bouchons sur l’autoroute des vacances : comment occuper les enfants dans la voiture ?

Bison Futé annoncé un samedi 30 juillet « noir » sur les routes en raison du fameux chassé-croisé entre les juilletistes et les aoûtiens. Il va falloir s’armer de patience dans les bouchons, ce qui n’est loin d’être facile… surtout quand on a des enfants à l’arrière impatients. Voici quelques conseils pour les occuper.

Sécurité routière : 2021 année la moins meurtrière sur les autoroutes depuis 20 ans

Le nombre de personnes tuées sur autoroute a connu en 2021 son niveau le plus bas depuis 20 ans, la consommation de drogues, alcool ou médicaments devenant la première cause d'accidents mortels selon le bilan annuel de l'Association des sociétés françaises d'autoroutes (Asfa) publié ce mercredi 27 juillet 2022.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 17.14
ciel dégagé
le 11/08 à 6h00
Vent
1.49 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
63 %

Sondage