Des bus électriques et hybrides à l'essai cet automne sur le réseau Ginko

Publié le 22/10/2021 - 16:30
Mis à jour le 22/10/2021 - 15:36

Grand Besançon Métropole et Kéolis Besançon Mobilités testent du 20 au 30 octobre un bus électrique sur la ligne Ginko Citadelle. Suivront d'autres essais avec de bus hybride, à l'hydrogène dans le but d'orienter ses choix pour le remplacement progressif du matériel roulant au diesel.

Ce mercredi 20 octobre 2021, le premier véhicule testé était un bus électrique d'une capacité de 60 passagers sur la ligne exigeante Ginko Citadelle.

Une puissance immédiatement disponible comme sur tout véhicule électrique, un compromis gabarit / capacité idéal pour rejoindre la Citadelle, une acoustique intérieure très confortable : le bus Heuliez fabriqué en France semble taillé pour la ligne reliant Chamars à la Citadelle. Il sera également testé sur la ligne 10 reliant Chaffanjon au CHRU.

Intégrant un pack de 10 batteries Lithium-ion à l'arrière du bus et sur le toit pour une puissance de 420 kWh, il offre une autonomie de 200 à 300 km selon la saison et la typologie et le dénivelé de la ligne.

Ginko renouvelle son parc à raison de six à sept bus tous les ans (du mini bus au bus standard ou articulés) pour un montant de 2,5 M€ HT.  Grand Besançon Métropole souhaite s'orienter vers des énergies alternatives.

D'autres essais en exploitation, avec voyageurs, sont programmés avec le prêt d'un bus hybride (électrique- GNV gaz naturel véhicule) sur une dizaine de jours du jeudi 28 octobre au lundi 8 novembre 2021. Au printemps 2022, c'est un bus hydrogène qui sera à l'essai sur le réseau.

Mais pourquoi tester des bus alors que l'on connaît les avantages et inconvénients de chaque technologie ? "Déjà pour les conducteurs de bus, pour les usagers" explique Marie Zéhaf, vice-présidente en charge des transports et des mobilités à Grand Besançon Métropole. "Mais aussi, pour nous en tant que collectivité qui souhaitons investir dans de nouveaux bus avec des énergies nouvelles, car nous avons une configuration de ville assez particulière avec beaucoup de dénivelés, Citadelle, Bregille, Chaudanne. C'est pourquoi nous avons besoin de tester ces véhicules nouveaux... "

Plusieurs tests sur une petite année

Aujourd'hui, 40% des voyageurs Ginko sont transportés par le tramway qui est donc électrique. Sur la flotte des 116 bus, 80 roulent aujourd'hui au gasoil 36 au gaz naturel. Reste la question du prix. Un bus articulé GNV coûte environ 430.000 € HT "C'est déjà 20% de plus qu'un bus gasoil" note Laurent Scénécat, directeur de Kéolis Besançon Mobilités. "Un bus électrique, c'est en moyenne 50% plus cher et un bus à hydrogène, deux à trois fois plus cher." Sans compter les investissements liés aux infrastructures pour la recharge des bus que ce soit à l'électricité ou à l'hydrogène.

Quel serait le choix d'Anne Vignot "Je suis une élue réaliste au regard des contraintes, de la fluidité, de la maintenance du matériel roulant et du budget ! Comme nous l'avons fait pour le tramway, nous pourrions aussi peut-être regarder pour des commandes groupées avec d'autres collectivités" répond la présidente de Grand Besançon Métropole. "Cela dit, on le voit, il faut regarder vers d'autres technologies d'où l'importance de ces tests qui vont durée une petite année..."  Une chose est sûre, elle a pu apprécier le silence intérieur, même si tous les bus font toujours Pschiiit "ce fameux bruit de dragon" lié aux systèmes pneumatiques des bus.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Transports

Omicron : les personnes vulnérables non vaccinées doivent éviter de voyager

lors que le nouveau variant Omicron suscite toutes les inquiétudes, l’Organisation mondiale de la santé a dévoilé de nouvelles recommandations, mardi 30 novembre. Les personnes à risque non vaccinées contre le Covid-19, y compris les plus de 60 ans ou celles ayant des comorbidités (maladie cardiaque, cancer et diabète), doivent éviter de voyager dans les zones où la transmission locale du coronavirus existe.  

Week-end hivernal et neige jusqu'à lundi matin

L’hiver est bien là, avec ses pluies glacées, ses quelques flocons et ses températures proches de zéro. De la neige est attendue dès 300 mètres d'altitude avant une accalmie samedi après-midi et le retour d'averses neigeuses dans la soirée (vers 400m) et dimanche matin jusqu'en plaine (200m). Dimanche soir et jusqu'à lundi midi, on attend de la neige, parfois en quantité.

Voitures électriques : Ionity accélère le déploiement de ses bornes ultrarapides

Le spécialiste européen des bornes électriques Ionity a annoncé mercredi avoir levé 700 millions d’euros auprès de ses actionnaires historiques et du gestionnaire d’actifs BlackRock afin d’accélérer le développement de son réseau de recharge sur le vieux continent. On ne compte que 6 emplacements Ionity actuellement en Bourgogne Franche-Comté.

Rupture de canalisation : une partie du boulevard Churchill sera fermée plusieurs jours

MISE A JOUR • Une canalisation a cédé à la mi journée dans le quartier de Montrapon sur le boulevard Churchill dans le secteur de l'Intermarché, rue de l'épitaphe à Besançon. La route a été totalement inondée. La circulation est fermée sur le boulevard uniquement dans sens montant en direction de Palente entre le rond point de la piscine Mallarmé et l'avenue de Montrapon. Des déviations sont en place.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.3
légère pluie
le 05/12 à 9h00
Vent
3.6 m/s
Pression
1006 hPa
Humidité
100 %

Sondage