Deux suspects interpellés à Pontarlier après un braquage dans une horlogerie en Suisse

Publié le 07/01/2022 - 08:26
Mis à jour le 07/01/2022 - 18:33

Mise à jour • Deux hommes suspectés d’être liés au braquage d’une entreprise d’horlogerie et à une prise d’otage, jeudi soir en Suisse, ont été arrêtés en France, à Pontarlier (Doubs), après une fusillade avec la police, ont indiqué ce vendredi 7 janvier 2021 des sources concordantes.

 ©
©

Jeudi vers 17H30, "un employé d'une entreprise de sous-traitance dans le milieu horloger a été pris en otage avec sa compagne à son domicile (...) par deux individus armés d'un pistolet", ont indiqué le ministère public suisse et la police neuchâteloise dans un communiqué.

Le couple a été conduit à l'usine implantée au Locle, commune suisse située sur la frontière française, où se trouvaient deux autres employés, également pris en otage.

"Sous la menace, les auteurs se sont fait ouvrir plusieurs coffres de l'entreprise qui contenaient des métaux précieux", mais "une alarme silencieuse s'est déclenchée", et "une opération de police d'envergure" a été lancée, selon le communiqué.

Probablement prévenus par des complices à l'extérieur de l'arrivée d'un agent de sécurité, les malfaiteurs se sont enfuis, agressant au passage une conductrice pour lui voler sa voiture.

   "Le butin n'a pas pu être emporté", ont souligné les autorités suisses.

Très choqués mais pas blessés, les quatre otages ont été "séquestrés près de deux heures", selon l'agence de presse suisse ATS. Avertis par leurs homologues helvétiques, les policiers du Doubs ont repéré et poursuivi le véhicule volé qui s'est retrouvé dans une impasse à Pontarlier.

Un policier a "fait preuve d'un sang froid exceptionnel", selon le procureur de Besançon.

"La BMW volée a percuté avec grande force le véhicule des policiers, qui a reculé de 10 mètres", a expliqué le procureur de Besançon, Etienne Manteaux. Un policier "a sorti son fusil mitrailleur et a vidé les 30 munitions de son chargeur exclusivement sur le bloc moteur pour stopper le véhicule", ainsi que quatre munitions dans la vitre arrière de la voiture avec une arme de poing pour enfin réussir à stopper et interpeller ces suspects "cagoulés et armés" sans les blesser, selon le magistrat.

"Ce policier a fait preuve d'un sang froid exceptionnel", alors que l'un des malfaiteurs a dirigé une arme de poing dans sa direction, sans l'utiliser, a souligné M. Manteaux. Leur garde à vue notamment pour "tentative d'homicide" sur les policiers et "enlèvement et séquestration" en Suisse devait être prolongée vendredi soir.

Agés de 35 et 46 ans, ces "malfaiteurs de très haut vol" ont chacun une dizaine de condamnations à leur actif, notamment pour des faits de violence et d'évasion, a relevé le procureur. Le plus âgé était sorti de prison en 2020 après une condamnation, dans la Loire, à 25 ans de réclusion criminelle, dont deux-tiers de sûreté.

Début novembre, six malfaiteurs avaient déjà pris en otage la famille du directeur d'une entreprise horlogère à Bassecourt, dans le Jura Suisse. Ils avaient dérobé les matières précieuses destinées à la production de l'entreprise avant de s'enfuir en France, forçant un barrage et blessant un douanier. Leurs deux véhicules et des armes avaient été retrouvés calcinés dans la région de Belfort.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Tirs à Planoise le 22 janvier : l’enquête a déjà permis de trouver la voiture des malfaiteurs

Le procureur de la République Étienne Manteaux a tenu une conférence de presse ce mercredi 25 janvier, trois jours après que des coups de feu à l'arme de guerre aient été tirés rue de Fribourg, dans le quartier de Planoise à Besançon. L’enquête a déjà levé le voile sur plusieurs éléments.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 -3.26
peu nuageux
le 27/01 à 9h00
Vent
3.95 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
83 %