Dominique Pitoiset transpose "Cosi fan tutte" au Louvre

Publié le 07/02/2022 - 16:00
Mis à jour le 07/02/2022 - 16:39

Pour sa première mise en scène en tant que directeur de l’Opéra de Dijon, Dominique Pitoiset transpose « Cosi fan tutte » au musée du Louvre devant le tableau de Poussin qui dédouane la femme adultère, faisant ainsi contrepoids à une oeuvre jugée misogyne.

 © Opéra de Dijon - Mirco Magliocca
© Opéra de Dijon - Mirco Magliocca

Jusqu’au 12 février à l’Opéra de Dijon. Durée : 3h30

Sous l'oeil blasé d'une gardienne qui s'ennuie sur son tabouret, des touristes en bermuda suivent la voix monocorde d'un audioguide pour arriver devant le clou de l'exposition, "Le Christ et la femme adultère" (1653, Nicolas Poussin), où Jésus dit à la foule prête à lapider la fautive: "Que celui qui est sans péché jette la première pierre".

C'est devant cette toile dédouanant l'adultérine que se déroule l'intrigue misogyne de "Cosi fan tutte" (Mozart, 1790). Don Alfonso, un ami, propose un test à deux amants: faire croire à leurs promises qu'ils partent à la guerre, puis revenir et tenter de les séduire, travestis en inconnus.

Alfonso, cynique et blasé, cherche ainsi à prouver aux deux amoureux transis, trop sûrs d'eux-mêmes, que leurs femmes sont par essence infidèles, qu'elles sont "toutes les mêmes" ("Ainsi font-elles toutes", traduction de "cosi fan tutte").

"Misogyne? Certainement", acquiesce Dominique Pitoiset. "Mais ce pari stupide est surtout narcissique: ça ne peut arriver qu'aux autres, pensent les amants".

Persuadé que "l'opéra dialogue avec son temps", il a tenu à une mise en scène contemporaine, au décor très réaliste, qui oppose le "piège grossier misogyne", selon lui, au tableau rédempteur de Poussin, un rééquilibrage encore accentué par des messages féministes qui peuplent le second acte. "En pleine crise Covid et des relations hommes-femmes, je me suis intéressé à une lecture plus morale d'une oeuvre qui semblait libertine", explique-t-il.

"Que celui qui n'a jamais péché jette la première pierre: ce n'est pas simplement la question du pardon et de la justice mais également d'une communauté qui veut lapider. Aujourd'hui, il y a un grand rétropédalage. La société se fragmente", ajoute M. Pitoiset, dont cette première création était très attendue depuis son arrivée contestée à la tête de l'Opéra de Dijon l'an dernier.

Des applaudissements nourris, mais sans ovation, ont suivi la première, dimanche. "L'adaptation contemporaine peut parfois dérouter", avertit France Info, tandis que le quotidien local Le Bien Public salue "un opéra au-delà de la comédie".

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

2e édition du Metal Fest à Besançon : ”Le métal est bien vivant !”

Pour sa deuxième édition, le Besak Metal Fest fait son retour à la Rodia le 8 mai 2024 à partir de 20h. Cette soirée sera encore une fois marquée par une forte empreinte locale, avec deux groupes ”régionaux” émergents, Swarmaggedon et JE, suivis de Death Decline (Dijon) et de Mortuary (Nancy). L’objectif de ce festival est de donner de la visibilité à des groupes régionaux de niveau professionnel et de bénéficier de la présence de deux groupes à la renommée nationale. 

Musée d’Arts et du Temps : “Nous sommes inquiets pour la santé des agents” (intersyndicale)

Emmanuelle Monnin pour le syndicat Sud CT 25, accompagnée de Sophie Caron, pour Force ouvrière a indiqué "être inquiète" pour les agents, notamment suite à des problèmes de management de la part de Laurence Madeline, la directrice des musées d’arts et du Temps. L’intersyndicale lance également un appel à la maire de Besançon…

Une manifestation contre la répression des free party à Besançon

Suite à une initiative nationale lancée par le compte Instagram ”Tekno anti-répression”, le collectif Franche-Comtek appelle à manifester dans les rues de Besançon samedi 13 avril 2024. Objectif : protester contre ”la politique répressive que mène l’Etat à l’encontre des free party depuis plus de 30 ans et plus particulièrement ces cinq dernières années.”

La Citadelle de Besançon met la biodiversité à l’honneur…

Pour mettre en lumière les projets de conservation d’espèces précieuses soutenus par l’équipe du parc zoologique, le muséum organise à la Citadelle de Besançon du 16 avril au 29 mai 2024 une saison de sensibilisation, le "Printemps de la biodiversité". Sept après-midi seront ainsi dédiées à la découverte d’espèces fascinantes, de leurs environnements fragilisés et des actions mises en œuvre pour leur protection. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 -0.21
partiellement nuageux
le 22/04 à 0h00
Vent
1.42 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
94 %