Elle volait des ordonnances au CHU de Besançon pour s’approvisionner en Lexomil

Publié le 13/07/2022 - 09:54
Mis à jour le 13/07/2022 - 09:40

Alors qu’elle travaillait au CHU de Besançon en tant qu’agent de service, une femme de 56 ans est poursuivie par l’établissement hospitalier pour vol d’ordonnances, faux et usage de faux, pour des faits s’étant déroulés entre le 21 septembre 2021 et le 4 avril 2022.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Les investigations menées par la police nationale de Besançon, dont l’exploitation vidéo de la pharmacie où elle avait utilisé ces ordonnances, ont permis d’obtenir les images de la mise en cause qui a été identifiée par le médecin ainsi que la cadre de santé du CHU qui a reconnu un agent de service hospitalier qui travaillait dans leur service. 

Afin d’obtenir des médicaments, principalement du Lexomil (anxiolytique) et des anti douleurs, la quinquagénaire avait déclaré avoir perdu sa carte vitale et désirait payer en liquide. Elle a été convoquée au service de police ce mardi 12 juillet et placée en garde à vue à 08h50.

Une perquisition a été opérée à son domicile, ce qui a permis aux enquêteurs de retrouver quelques médicaments, mais plus d’ordonnance. Une perquisition a également été menée au domicile de sa mère, sans résultat.

Auditionnée, la mise en cause a reconnu avoir volé les ordonnances pendant son travail au CHU, les avoir remplies et utilisé le tampon du médecin. Elle a également déclaré avoir remis ces ordonnances à la pharmacie pour se faire délivrer des médicaments pour sa propre consommation. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 24.89
nuageux
le 14/04 à 12h00
Vent
2.59 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
51 %