État d'urgence : Deux frères interpellés par le RAID

Publié le 08/09/2016 - 21:08
Mis à jour le 09/09/2016 - 09:25

Soupçonnés d'avoir des liens avec le milieu islamiste, deux frères du secteur de Besançon ont été interpellés par le RAID dans le cadre de l'état d'urgence. Mais c'est finalement pour détention d'arme, blanchiment d'argent et usage de faux papiers qu'ils ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire, jeudi 8 septembre 2016.

 ©
©

Deux frères âgés de 41 et 47 ans soupçonnés de s'être radicalisés ont été interpellés par les hommes du RAID, l'unité d'élite de la police, mardi 6 septembre 2016 dans la maison de l'un d'eux à Serre-les-Sapins.

Cette intervention a été menée dans le cadre d'une perquisition administrative, qui a débouché sur une procédure judiciaire pour "détention d'arme, blanchiment d'argent et usage de faux papiers". Contrairement à la motivation initiale de l'intervention, l'enquête n'a pas révélé d'élément permettant d'attribuer à ces deux pères de famille un lien avec un quelconque réseau islamiste.

Lors des perquisitions, les policiers ont découvert un pistolet à billes, un fusil de chasse, quelques milliers d'euros et de faux papiers. Les deux frères ont été présentés ce jeudi 8 septembre 2016 devant un juge d'instruction de Besançon qui les a mis en examen pour "détention d'arme, blanchiment d'argent et usage de faux papiers".

Le parquet avait requis le placement en détention du plus jeune, condamné il y a quelques années pour une affaire de stupéfiants. Mais il a finalement été laissé libre, placé sous contrôle judiciaire, comme son frère.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Reprise des rodéos urbains à l’approche de l’été… 

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a adressé ce mercredi 16 juin 2021 une note au directeur général de la police, Frédéric Veaux, pour demander "cinquante" opérations de contrôles et de "saisir systématiquement les deux roues" dans les quartiers les plus touchés par le fléau des rodéos urbains. Dans un communiqué, Ludovic Fagaut, chef de file de l’opposition au conseil municipal de Besançon dénonçait une nouvelle fois ces comportements.

Belfort : prison avec sursis requise contre un policier accusé d’avoir tracé une croix gammée sur un toit

Le procureur de Belfort a requis mercredi 16 juin 2021 huit mois d'emprisonnement avec sursis à l'encontre d'un policier, poursuivi pour avoir représenté une large croix gammée avec des tuiles blanches sur le toit du garage de son père à Evette-Salbert, dans le Territoire de Belfort.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 16.15
légère pluie
le 24/06 à 18h00
Vent
0.27 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
98 %

Sondage