Franz Ferdinand, Shaka Ponk: le bon son rock !

Publié le 06/07/2014 - 12:14
Mis à jour le 06/07/2014 - 16:12

Avec l'énergie folle de Franz Ferdinand et le son surpuissant de Shaka Ponk, le rock a pris ses quartiers ce samedi à Belfort, pour la deuxième soirée des Eurockéennes et toujours à guichet fermé avec 34.000 festivaliers …

2e journée des Eurocks en images

Le groupe d'électro rock français Shaka Ponk, de retour aux "Eurocks" après un passage tumultueux en 2012, présentait son nouvel album "The White Pixel Ape" dans un nouveau show ultra-visuel, époustouflant. Le spectacle a commencé avec une délicate violoncelliste, avant de laisser place au flot énergique de la chanteuse Samaha, coupe afro et t-shirt de soutien aux intermittents de rigueur, et son acolyte Frah, primate bondissant à l'énergie démentielle.

Rock bien senti et efficace

Un singe semblant réel est apparu sur l'écran géant situé en fond de scène : tantôt dansant au rythme du groupe, tantôt invitant le public à faire du bruit, il a accompagné les festivaliers pendant 1h30 d'un concert à couper le souffle. Plus tôt dans la soirée, l'ancien chanteur de Louise Attaque, Gaëtan Roussel, avait lancé les festivités sur la grande scène du festival belfortain 

Les Écossais de Franz Ferdinand lui ont succédé, réveillant le public d'un rock bien senti et efficace. Avec un tempo percutant et une belle prestance sur scène, le quatuor de Glasgow a entraîné quelque 25.000 festivaliers dans son univers. À l'entame de son titre phare Take me out, le public survolté a repris le texte à l'unisson.

Cette année, la scène lacustre de la Plage a été confiée au DJ et producteur Brodinski qui a confectionné une programmation éclectique, de l'électro pop teintée de soul des Anglais de Jungle, aux beats assassins du rappeur américain Travis Scott, en passant par le hip-hop alternatif des Écossais de Young Fathers.

Des intermittents montent sur scène

La deuxième soirée des Eurockéennes se jouait à guichet fermé avec 34.000 visiteurs. Le festival, qui se terminera ce dimanche, n'a pas subi de déprogrammation du fait du conflit des intermittents du spectacle, mais ceux-ci ont choisi de faire entendre malgré tout leurs revendications.

Ainsi ce samedi soir, une quarantaine d'intermittents, arborant un t-shirt noir marqué d'une croix blanche - emblème de leur lutte - sont montés sur la grande scène du festival juste avant le concert de Shaka Ponk. Ils ont expliqué en quoi la nouvelle convention d'assurance chômage réformant leur statut "menace" selon eux la culture.

Ils ont par ailleurs rappelé qu'ils avaient décidé, par vote, de ne pas faire grève, contrairement au festival d'Avignon qui se tient ce week-end, "pour que vous (le public) puissiez profiter du festival". Les quelque 25.000 spectateurs présents ont applaudi et crié leur soutien.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

« Histoire de libellule », une auteure jurassienne évoque les violences sexuelles qu’elle a subit à l’adolescence

Anne-Marie Rouchon a consacré 18 ans de la première partie de sa vie au sport de haut niveau. A peine sortie de l’enfance et pendant plusieurs années, elle subit des agressions sexuelles de son entraineur. Quarante ans lui sont nécessaires pour trouver le courage de sortir du silence et enfin déposer sa parole dans un livre, Histoire de libellule (Z4éditions), sorti en septembre 2021.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 17.39
couvert
le 19/10 à 12h00
Vent
2.48 m/s
Pression
1025 hPa
Humidité
62 %

Sondage