General Electrics : à Belfort, salariés, élus et habitants réclament l'intervention de l'Etat

Publié le 24/10/2020 - 19:56
Mis à jour le 24/10/2020 - 19:56

Près d’un millier de manifestants se sont rassemblées samedi dans le centre de Belfort pour réclamer une intervention de l’Etat face au projet de restructuration annoncé par General Electric, qui prévoit notamment la fin des activités liées à l’hydroélectrique dans la ville.

 © Page Facebook-Intersyndicale General Electric Belfort
© Page Facebook-Intersyndicale General Electric Belfort

Le groupe américain, qui a racheté en 2014 la branche Energie d'Alstom, a annoncé courant septembre son intention de restructurer deux divisions en Europe : la branche "Hydro", installée notamment à Belfort et qui produit des équipements pour barrages, et l'activité "Grids Solutions" de réseaux électriques.

Le projet fait craindre la suppression de 753 postes en France, dont 89 à Belfort. Sous une immense banderole appelant à préserver "l'indépendance énergétique" et la "souveraineté industrielle" de la France, Philippe Petitcolin, délégué syndical CFE-CGC, a interpellé le gouvernement et dénoncé la stratégie "inadmissible" du groupe, transformant Belfort en "ghetto économique".

"Aujourd'hui, GE veut fermer l'entité hydroélectrique de Belfort, l'énergie renouvelable par excellence, qui peut être stockée avec les barrages", a-t-il déploré. "Mais Belfort, c'est aussi la capacité d'installer des centrales électriques de tout type, gaz, charbon, nucléaire, renouvelables. Si on continue comme ça, demain ce seront des Chinois, des Indiens, des Turcs, qui vont maintenir notre parc" de centrales électriques, a-t-il mis en garde.

Devant la Maison du peuple, les interventions des délégués syndicaux ont été applaudies par les nombreux élus présents, de toutes tendances, parmi lesquels le maire (LR) de la ville, Damien Meslot. "L'enjeu est national, il faut savoir si on veut une politique industrielle ou pas dans ce pays", a estimé l'élu auprès de l'AFP. "Nous demandons qu'un consortium autour d'EDF rachète la partie énergie d'Alstom qui a été vendue à General Electric, parce qu'on voit bien que General Electric va tout démanteler". "Il faut que l'Etat intervienne", a-t-il insisté.

Une position partagée par Marie-Guite Dufay, présidente (PS) de la région Bourgogne-Franche-Comté. "Ma responsabilité, c'est de tout faire pour que cette compétence, ce savoir-faire industriel reste, et pas de négocier le mieux possible pour qu'il y ait le moins d'emplois qui disparaissent", a-t elle déclaré. "Il y a besoin que l'État sorte du bois et qu'il dise comment il voit l'avenir industriel à Belfort, avec ou sans General Electric".

"Merci Pécresse"

Le cortège s'est ensuite mis en mouvement en direction de la préfecture, au son d'une fanfare et derrière des banderoles "GE tue l'hydro". Une autre adressait un "merci" ironique à Jérôme Pécresse, le directeur général de la branche énergie renouvelable du groupe et mari de Valérie Pécresse, présidente (Libres !) de la région Ile-de-France.

Dans la foule, les salariés d'autres entreprises et de nombreux habitants ont apporté leur soutien aux employés de General Electric. "C'est important pour le bassin d'emploi que tous les salariés soient présents", a jugé Laurent Oechsel, délégué syndical central CFE-CGC pour le groupe PSA, venu de Sochaux, à une vingtaine de kilomètres. "Si General Electric s'en va, ça fait un gros déséquilibre dans la région, notamment pour les fournisseurs et les sous-traitants".

Laura Jumenez, elle, est venue avec son compagnon, et son fils de 2 ans dans la poussette. "C'est un enjeu qui concerne toute la ville", assure la trentenaire, qui travaille à la Sécurité sociale. "Les difficultés des entreprises, ça impacte aussi tout le système de solidarité derrière, ce n'est pas un problème isolé".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Social

Journée mondiale de solidarité pour la migraine : zoom sur le traitement de la maladie en Bourgogne – Franche-Comté

Le 21 juin 2024, comme tous les ans, c’est la journée mondiale de solidarité pour la migraine. Pour l’occasion, l’association La Voix des migraineux et l’institut de sondage Opnion Way, ont soutenu une initiative de la société pharmaceutique Pfizer. Ainsi, plus de 4.000 personnes en France ont été interrogées sur le thème des migraines, laissant apparaitre des différences selon les régions…

Le Rassemblement national, un programme “au service des plus riches” ?

À dix jours du premier tour des élections législatives, l’intersyndicale a souhaité tenir une conférence de presse jeudi 20 juin 2024 à Besançon afin d’apporter son point de vue sur la situation. Elle a notamment voulu rappeler les mesures contre lesquelles l’extrême droite s’est opposée…

Marche des croquettes à Besançon : un kilomètre parcouru, un repas offert aux animaux des refuges

C’est en soutien aux refuges accueillant les animaux abandonnés que l’association Lianes (Lien avec l’animal et contre l’exclusion sociale), organise une marche solidaire : la Marche aux croquettes. A l’initiative de Solidarité Peuple Animal, ellese déroulera mercredi 3 juillet 2024.

Comité de vigilance, syndicats et associations montent au créneau pour sauver le service d’addictologie d’Héricourt

Le Comité de Vigilance pour les services publics (CV 70) apporte son total soutien aux collectifs, associations, syndicats, et toutes les personnes qui se sont et qui vont se mobiliser contre la fermeture du service d'addictologie du centre de psychiatrie d’Héricourt, apprend-on mardi 11 juin 2024.

En colère, les commerçants mènent une action rue de Vesoul à Besançon

C’en est trop pour les commerçants de rue de Vesoul à Besançon... Ils ont décidé de mener une action pour se faire entendre mardi 4 juin 2024 en couvrant symboliquement le panneau lumineux indiquant la fermeture de la route. Une communication qu’ils déplorent depuis l’effondrement de la rue survenu le 25 février dernier. Ils dénoncent également un manque de concertation "au détriment de la santé financière des entreprises". Le tout sans "qu’aucune aide" ne leur ait encore été accordée…

Problèmes de management : nouvel appel à la grève aux musée des Arts et du Temps à Besançon

Après un premier mouvement de grève le 12 avril dernier, des agents des musées des Arts et du Temps de Besançon se mettront de nouveau en grève vendredi 31 mai 2024. Malgré des signalements à des élues de la maire concernant des problèmes de management de la part de leur directrice, les syndicats déplorent leur inaction.

Opération “portes closes” : de nombreuses pharmacies fermées et une manifestation le 30 mai à Besançon

Un préavis de grève a été déposé par la Fédération syndicale des pharmacies de France (FSPF) et l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) jeudi 30 mai 2024, invitant les officines à participer une opération "portes closes". À Besançon, une manifestation est prévue place de la Révolution.

Audiovisuel public en grève : ”Un danger majeur pour la pérennité de la radio de service public”

Un appel général à la grève a été lancé par les syndicats de l’audiovisuel public jeudi 23 et vendredi 24 mai 2024 contre la réforme de l’audiovisuel public votée au Sénat en juin 2023 qui consiste notamment à faire fusionner les médias publics.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 23.5
ciel dégagé
le 24/06 à 12h00
Vent
5.57 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
60 %