Herbes folles en ville : un chercheur franc-comtois dit "mille fois oui"

Publié le 30/09/2021 - 07:59
Mis à jour le 29/09/2021 - 14:48

Les herbes qui poussent librement dans plusieurs villes de France dont Besançon réjouissent certains, quand d'autres les accusent d'engendrer divers problèmes. Questionné sur ce sujet lundi dernier, Emmanuel Garnier, directeur de recherche au CNRS au laboratoire Chrono-environnement à l'Université de Franche-Comté, nous affirme que ces herbes rebelles sont essentielles… mais pourquoi ?

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Depuis le premier confinement en mars 2021, les Bisontines et les Bisontins ont pu remarquer par endroits des herbes hautes, voire très hautes là où d'habitude, le gazon est plutôt ras. Pendant plusieurs mois, les Bisontins mettaient ça sur le compte du confinement pendant lequel tout s'était arrêté, y compris le service des espaces verts de la municipalité. La Ville de Besançon avait apporté des réponses au sujet de certains cas notamment boulevard Léon Blum, mais des herbes folles sont encore visibles.

Si une partie de la population se dit contente de voir que la nature parvient à reprendre le dessus sur le béton, une autre partie voit les choses différemment : problème de sécurité sur les trottoirs, manque de visibilité pour les automobilistes, ou encore "c'est moche"…

Quand on demande à Emmanuel Garnier si laisser pousser des herbes folles dans la ville est positif, il nous répond : "oui, mille fois oui, c'est évident !" En précisant qu"'il faut accepter quelques inconvénients : en poussant, il y a des fleurs, donc des insectes, qui peuvent piquer davantage... Mais entre nous, entre le risque d'une sècheresse carabinée, d'un problème d'alimentation en eau, et quelques piqûres d'abeilles ou de moustiques par ci par là, il me semble que le coût-bénéfice est vite fait."

"Une question d'éducation"

Comme l'ont soulignés à plusieurs reprises dans la presse des "anti herbes hautes", ces dernières peuvent également engendrer des problèmes de sécurité pour des automobilistes ou des piétons gênés ou encore des personnes circulant avec une poussette. "Franchement, il y a un peu une mesquinerie", nous répond Emmanuel Garnier. Selon lui, "là, le problème, c'est le choc des cultures : on a derrière nous des décennies de culture de la nature domestiquée qui est quand même très prégnante chez les élus de gauche et de droite, alors qu'il y a beaucoup de villes, comme à Kyoto, au Japon, où on laisse pousser l'herbe, il y a énormément d'herbes folles dans les campus, etc. En Angleterre, à Cambridge par exemple, on ne tond pas. Les seuls espaces tondus sont sur les terrains de cricket dans les collèges, donc le gazon est ras, mais les espaces collectifs en ville ont des herbes folles partout. A Berlin, capitale culturelle de l'Europe, les herbes folles sont partout…"

Pour le chercheur, "c'est une question d'éducation : d'ici 10 ans, on dira – c'est pas grave si ma fille a été piquée par une abeille -. Quant aux poussettes, ça fait bien longtemps que les Allemands utilisent des poussettes tout terrain avec des gros pneus… depuis au moins 20 ans."

 "Agir à l'échelle de micro-territoires, (…) c'est finalement la seule mesure que l'on pourrait vraiment réaliser"

Emmanuel Garnier affirme que les personnes qui se disent contre le développement de ces herbes rebelles "sont ceux qui veulent faire des conférences internationales, se réunir entre États, alors qu'on voit bien qu'après chaque conférence internationale, on accouche d'une souris, voire il n'y a pas de souris du tout et c'est ce qui arrive de plus en plus ces dernières années."

Pour ce chercheur, "agir de cette manière à l'échelle de micro-territoires, une ville, un village, je considère que ça ne peut être que bon pour la planète et c'est finalement la seule mesure que l'on pourrait vraiment réaliser". Et de préciser qu'"il n'y a aucune connotation politique dans ce que je dis."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Week-end hivernal et neige jusqu'à lundi matin

L’hiver est bien là, avec ses pluies glacées, ses quelques flocons et ses températures proches de zéro. De la neige est attendue dès 300 mètres d'altitude avant une accalmie samedi après-midi et le retour d'averses neigeuses dans la soirée (vers 400m) et dimanche matin jusqu'en plaine (200m). Dimanche soir et jusqu'à lundi midi, on attend de la neige, parfois en quantité.

« La forêt est notre avenir » : les employés de l’ONF réclament des bras et une vision

"La forêt peut nous sauver si on la préserve": des centaines d'employés de l'Office national des forêts (ONF) ont manifesté jeudi pour demander la "renégociation du contrat avec l'État" qui prévoit 500 suppressions de postes, et une vision d'avenir pour affronter le changement climatique.

Lutter contre la déforestation importée

La France veut faire de la déforestation importée une priorité lors de sa présidence de l'UE et a mis au point des outils qui permettent aux entreprises de ne pas acheter de matières premières contribuant à ce phénomène, a indiqué la secrétaire d'Etat Bérangère Abba. Un guide de bonnes pratiques des achats public a été édité en ce sens à destination des collectivités locales.

Rassemblement pour le climat : environ 150 personnes à Besançon

De nombreuses manifestations se sont déroulées dans de nombreuses villes du monde, ce samedi 6 novembre 2021. L'objectif : accroître la pression sur les négociateurs réunis à la COP26. Organisé au dernier moment, le rassemblement a réuni 150 personnes à Besançon place Pasteur.

Rassemblement pour le climat à Besançon

Après l'appel à l'action devant l'urgence climatique de milliers de jeunes à Glasgow, des dizaines de milliers de manifestants sont à nouveau attendus samedi dans la ville hôte de la conférence sur le climat et dans le monde. A Besançon, le rassemblement est organisé à 14h30 au départ de la place Pasteur.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.28
légères chutes de neige
le 28/11 à 18h00
Vent
2.44 m/s
Pression
1001 hPa
Humidité
99 %

Sondage