Un homme tué à Poligny : un suspect mis en examen et écroué

Publié le 04/04/2024 - 10:01
Mis à jour le 04/04/2024 - 09:29

Un homme de 35 ans a été mis en examen pour "homicide volontaire en état d'ivresse manifeste" et placé en détention provisoire, deux jours après qu'un homme de 50 ans a été retrouvé mort à Poligny (Jura), a-t-on appris mercredi 3 avril 2024 auprès du parquet de Besançon.

 © Hélène Loget
© Hélène Loget

Le mis en cause, qui reconnaît avoir donné la mort à la victime, a effectué "des déclarations cohérentes avec les constatations médico-légales", tandis que deux autres personnes, qui avaient également été placées en garde à vue, ont été mises hors de cause, a précisé à l'AFP le procureur de la République de Besançon, Etienne Manteaux.

Présenté à la justice mercredi, l'homme a été placé en détention provisoire, conformément aux réquisitions du parquet. Le mis en cause admet avoir porté des "coups mortels", à savoir des violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. L'information judiciaire a toutefois été ouverte pour "homicide volontaire en état d'ivresse manifeste".

"Il est revenu et a frappé la victime"

Les faits se sont déroulés dans un contexte "d'alcoolisation très importante au domicile d'une jeune femme", a précisé le magistrat, indiquant que le motif restait "très confus", dans un contexte de marginalité. "Il y a eu une alcoolisation, ils étaient ensemble dans l'appartement dans la journée, le mis en cause est sorti de l'appartement, puis il est revenu et a frappé la victime", essentiellement à mains nues, le suspect étant lui-même blessé aux deux mains, a détaillé M. Manteaux.

La victime, âgée de 50 ans, présente "un fracas vraiment important de la face (...) notamment au niveau du nez", ce qui a "entraîné des écoulements sanguins". Son décès serait consécutif à ce fracas mais également à un étouffement dû à l'écoulement de sang, selon le magistrat.

L'homme décédé a été retrouvé lundi soir au domicile d'une jeune femme, "qui n'est pas impliquée dans les faits", a précisé M. Manteaux. Celle-ci avait appelé les secours, quand ils sont arrivés, un autre homme, lui aussi mis hors de cause, était en train d'essayer de faire un massage cardiaque à la victime.

Le mis en cause avait lui "les mains sur la tête", disant: "Arrêtez-moi, c'est moi l'auteur". Il a déjà été condamné à neuf reprises. Le parquet de Lons-le-Saunier, initialement en charge de l'enquête, s'est dessaisi au profit de celui de Besançon, où a été présenté le mis en cause mercredi à la justice.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 12.85
légère pluie
le 14/04 à 21h00
Vent
1.22 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
87 %