Jean-Louis Fousseret répond aux détracteurs du tramway de Besançon

Publié le 23/07/2010 - 16:24
Mis à jour le 12/04/2019 - 11:47

Le Tramway de Besançon, malgré son adoption à 109 voix positives sur 127, est au cœur de toutes les contestations. Ce projet de 34,4M€ prévoyant entre autre l’acquisition de 19 rames a été confié à la société espagnole CAF. Un choix que certains bisontin n’approuvent pas, arguant d’un choix économique laissant délibérément de coté l’entreprise locale Alstom. Le maire de Besançon a décidé de revenir précisément sur la polémique.






Face à ces accusations, le maire de Besançon Jean Louis Fousseret s’est acquitté d’un droit de réponse. A ceux qui justifient son choix par un soucis économique, le maire répond qu’il fallait satisfaire surtout des exigences techniques que le français Alstom n’était pas en mesure d’assurer  - ni par son offre, ni par des délais imposé par l’Etat afin de pouvoir bénéficier de la subvention de 30,1M€.

De plus, Jean-Louis Fousseret revient sur l’appel d’offre lancé le 17 avril 2009, « juridiquement nécessaire » dans le cadre de ce projet et auquel Alstom a participé au même titre que les 4 autres. Il n’oublie pas de rappeler une réponse du Sénateur Jean Louis Masson, précisant que :
« l'introduction d'un critère de préférence locale dans le code des marchés publics est impossible, car elle constituerait une méconnaissance des règles communautaires de la commande publique ». Une manière de clore la polémique « Alstom ».

Le maire se veut même rassurant quant à l’emploi local, préservé contrairement aux reproches formulés par la députée UMP Françoise Branget. Les rames devraient être assemblées dans l’usine française de la CAF, à Bagnères-de-Bigorre dans les Hautes Pyrénées.

Il terminera en rappelant que « la vente de matériel Alstom en Europe comme à Madrid et à Barcelone ou la commande de voitures japonaises par la Gendarmerie et de la Police françaises ne suscitent aucune réaction indignée de ceux qui condamnent l’achat de rames espagnoles par le Grand Besançon ».

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Transports

À Besançon, une brigade de police intervient désormais dans les transports en commun

À l’occasion du lancement du dispositif de Force d’action républicaine (FAR) le mardi 26 février 2024 à Besançon, la police nationale a présenté la nouvelle Brigade de sécurité des transports en commun (BSTC) mise en place depuis janvier 2024 dans la capitale comtoise. Les agents affectés à cette brigade auront pour principales missions de sécuriser les transports et rassurer la population.

6 M€ d’euros pour moderniser la voie en gare d’Andelot-en-Montagne et des Longevilles-Mont-d’Or 

Du 26 février au 15 juin 2024, SNCF Réseau, gestionnaire du réseau ferré national, réalise des travaux de modernisation de la voie en gare d’Andelot-en-Montagne (39) et des Longevilles-Mont-d’Or (25). Cette opération vise à contribuer à la performance du réseau en garantissant des conditions optimales de régularité et de sécurité des circulations ferroviaires.

Les aides à l’achat d’un vélo prolongées jusqu’en 2027

Vélo classique, à assistance électrique ou encore cargo… Tous sont éligibles au bonus vélo dont la prolongation vient d'être étendue jusqu'en 2027 par le gouvernement. Alors qu'il ne concernait jusque-là que les vélos neufs, le bonus vélo s’ouvre à présent aussi aux vélos d’occasion. On fait le point avec le site du service-public sur les aides disponibles pour l’achat d’un vélo électrique.

Lutte contre les ilots de chaleur : la végétalisation des arrêts de bus et tram’ a commencé à Besançon

Afin d’améliorer le confort des usagers des bus et des tramways à Besançon, notamment en cas de fortes chaleurs, la Ville de Besançon et Grand Besançon Métropole a décidé de planter des arbres à proximité des arrêts les plus exposés. Le premier arbre a été planté à la station Léo Lagrange vendredi 23 février 2024 en fin de matinée par Anne Vignot, maire de Besançon et présidente de Grand Besançon Métropole, et Fabienne Brauchli, adjointe à la maire, déléguée à la Transition écologique, aux Espaces verts et à la Biodiversité.

Accès immédiat à la formation ”boîte manuelle” pour un titulaire du permis ”boîte automatique” à partir du 1er mars 2024 

L’arrêté du 15 février 2024 publié au Journal officiel du 18 février 2024, supprime le délai de trois mois jusque-là nécessaire aux conducteurs titulaires du permis de conduire boîte automatique (code B78) pour des raisons non médicales, pour pouvoir suivre la formation de 7 heures permettant de conduire un véhicule équipé en boîte manuelle. Cette mesure annoncée le 17 juillet 2023 dans la mesure n°3 du Comité interministériel de la Sécurité routière, ajoute une nouvelle brique à l’évolution du permis de conduire.

Sondage – Êtes-vous pour ou contre une visite médicale tous les 15 ans pour garder votre permis de conduire ?

L’eurodéputée des Verts Karima Delli a présenté une proposition de loi en décembre dernier afin de mettre en place une visite médicale obligatoire permettant de renouveler son permis de conduire tous les 15 ans. Le 19 février 2024, l’association "40 millions d’automobilistes" a lancé une pétition pour s’opposer à l’adoption de ce nouveau règlement. Et vous, qu’en pensez-vous ? C’est notre sondage de la semaine…

Autoroutes : une hausse moyenne des prix de 3% en 2024

Les tarifs des péages sont revus chaque année au 1er février. Le ministère des Transports avait annoncé en novembre 2023 une augmentation inférieure à 3 % en moyenne en 2024, après 4,75 % en 2023 et 2 % en 2022. Plusieurs arrêtés publiés au Journal officiel du 31 janvier confirment une hausse autour de 3 % sur les principaux réseaux autoroutiers, selon service-public.fr.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.37
partiellement nuageux
le 28/02 à 15h00
Vent
2.49 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
75 %