La communauté de Taizé signale à la justice des faits anciens d'agressions sexuelles

Publié le 05/06/2019 - 12:00
Mis à jour le 05/06/2019 - 11:36

La communauté oecuménique de Taizé, en Bourgogne, a annoncé ce mardi 4 juin 2019 avoir signalé au procureur de la République de Mâcon cinq cas d'agressions sexuelles sur mineurs commis par trois frères dans les années 1950 à 1980.

PUBLICITÉ

« Il s’agit de cinq cas d’agressions à caractère sexuel commises sur des mineurs, dans les années 50 à 80, par trois frères différents, dont deux sont décédés il y a plus de quinze ans », a indiqué Frère Alois, prieur allemand de la communauté, dans une déclaration écrite transmise à l’AFP.

Les faits ont été signalés lundi « après en avoir parlé au préalable avec les personnes victimes », qui n’ont pas souhaité porter plainte, a-t-il précisé dans cette déclaration, confirmant une information de La Croix, de la radio chrétienne RCF et du Journal de Saône-et-Loire.

« Je vais saisir un service d’enquête qui devra procéder à des auditions »

« Ce signalement s’inscrit dans un travail de vérité qui avait déjà commencé par l’écoute des victimes et aujourd’hui encore nos premières pensées vont vers elles; en entendant ce qu’elles ont vécu et souffert, nous ressentons de la honte et une peine profonde. »

Le procureur de la République de Mâcon, Eric Jallet, a confirmé mardi à l’AFP avoir été « saisi de ces faits anciens ». « Je vais saisir un service d’enquête qui devra procéder à des auditions, déterminer les conditions de ce qui a été révélé, voir si les faits sont prescrits », a-t-il ajouté.

Aucun signalement ne concerne toutefois des faits de viol, selon la communauté de Taizé, qui insiste sur le fait que cela ne minimise pas la souffrance des victimes. « Il est possible que cette prise de parole incite d’autres victimes éventuelles à se faire connaître: nous serons alors à leur écoute et les accompagnerons dans les démarches qu’elles voudraient entreprendre », a encore indiqué Frère Alois.

« Quand nous en sommes informés, nous veillons à écouter les victimes »

Selon lui, des « atteintes à l’intégrité » ont été signalées par le passé « entre les participants aux rencontres, que ce soit entre jeunes ou entre jeunes et adultes » mais n’impliquaient pas de frère. « Quand nous en sommes informés, nous veillons à écouter les victimes, et aussi à prévenir les autorités compétentes, judiciaires et ecclésiales. »

Créée en 1940 par Roger Schutz, un pasteur protestant suisse mort assassiné par une déséquilibrée roumaine le 16 août 2005, la communauté rassemble aujourd’hui une centaine de frères catholiques et protestants venus d’une trentaine de pays, avec pour objectif la « réconciliation entre chrétiens ». Autour de 60.000 jeunes âgés de 15 à 30 ans, venus du monde entier, viennent y séjourner chaque année, dont environ un quart de mineurs.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.36
légère pluie
le 21/10 à 15h00
Vent
0.97 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
95 %

Sondage