"La crise engendre un déficit de 200 logements neufs tous les ans à Besançon"

Publié le 18/09/2014 - 16:59
Mis à jour le 16/04/2019 - 09:50

Le gouvernement a dévoilé fin août de nouvelles mesures en faveur du logement. Comment sont-elles accueillies en Franche-Comté ? Quelle est la situation notamment sur Besançon en matière de construction dans le secteur privé ? Pour Fabrice Jeannot, président de la fédération des promoteurs immobiliers de Franche-Comté (FPI) et président de SMCI éditeur immobilier, il était urgent de réagir.

recemment_mis_a_jour5.jpg
Fabrice Jeannot, président de la fédération des promoteurs immobiliers de Franche-Comté ©damien
PUBLICITÉ

Avec 132 logements neufs réservés à la vente au second trimestre 2014 dont une soixantaine dans l’aire urbaine de Besançon, la baisse de l’activité s’est accentuée dans la région Franche-Comté selon les chiffres dévoilés la semaine dernière par la Dreal. En un an le repli atteint 27 %. « La promotion immobilière est en panne dans le Territoire de Belfort alors que les réservations à la vente, qui résistaient encore sur l’unité urbaine de Besançon semble se tasser » explique la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement de Franche-Comté.

Activité globale 2006-2013 du Grand Besançon (Observatoire CecimObs) 

maCommune.info : Quelle est la situation actuelle de la construction de logements neufs en Franche-Comté ?

Fabrice Jeannot : Au niveau national tout d’abord, il faut comprendre que la production de logement neuf collectif dans le secteur privé est passée de près de 110.000 unités d’habitation en 2007 à 79 000 en 2013, soit une chute de près de 28 %. Au regard des résultats du 1er semestre, la production 2014 devrait être inférieure à celle de 2013. Au niveau de Besançon, nous connaissons la même tendance avec une baisse plus forte sur le premier semestre 2014 par rapport au premier semestre 2013. Ce qui est inquiétant également pour l’avenir, c’est la baisse des mises en vente sur le marché des appartements.

Que vous inspirent ces chiffres ?

Ils sont préoccupants. Sur le plan économique, ils impactent l’ensemble de la chaîne de production, prestataires et entreprises du bâtiment dont les carnets de commandes se sont considérablement réduits. N’oublions pas que la production d’un logement équivaut à la création d’1.9 emploi !

Par ailleurs, la baisse de la production et la baisse des mises en vente accélèrent le déficit de logements. Ce déficit va inexorablement se creuser dans les prochaines années en raison de l’inertie liée à la production. Il faut entre trois et quatre ans entre le lancement d’un programme immobilier et sa livraison. Cette baisse sur plusieurs années risque d’affaiblir notre outil de production, des entreprises du bâtiment. En effet, si nombre d’entre elles n’existe plus, il sera difficile de construire des immeubles dans des conditions normales. Le risque est de revivre les années où les prix de construction ont considérablement augmenté, mais avec une baisse de la qualité. 

Comment accueillez-vous les mesures du gouvernement pour relancer la construction ?

Il était important de réagir tout d’abord pour sauver les emplois et nos entreprises du bâtiment. Il s’agit d’emplois locaux non délocalisables qui émanent pour la très large majorité de petites entreprises régionales.

Il est important également de ne pas laisser se creuser le déficit de logements. On pense souvent que les besoins de logement d’une ville sont liés à la seule évolution de sa population. Or, les nouveaux modes de vie (décohabitation, familles monoparentales, etc.), mais aussi le besoin de vivre dans des logements plus confortables, plus économes, plus performants nécessitent une production de nouveaux logements. Au niveau de Besançon, nous estimons que cette crise engendre un déficit de près de 200 logements neufs chaque année. Il faudra bien rattraper ce retard si on l’on veut satisfaire la demande de logements…à la condition évidemment que notre outil de production, c’est-à-dire les acteurs du bâtiment (entreprises, prestataires) soient opérationnels pour réagir à la reprise. Dans ces conditions, vous comprendrez qu’il était en urgent de réagir. 

Est-ce le moment d’investir ?

Que ce soit dans le cadre de sa résidence principale ou dans le cadre d’un investissement locatif, l’immobilier reste la valeur refuge par excellence. Devenir propriétaire de sa résidence principale, c’est déjà réaliser un projet de vie, mais c’est aussi prévoir l’avenir, mettre les siens à l’abri. Investir dans l’immobilier locatif, c’est préparer sa retraite, c’est construire et sécuriser son patrimoine.

Nous vivons une crise de confiance qui freine les projets. Paradoxalement, les conditions actuelles n’ont jamais été aussi favorables, avec de nouveaux dispositifs fiscaux, des aides pour les primoaccédants, et surtout des taux d’intérêt historiquement bas. Nous espérons que ces nouvelles mesures auront un effet positif sur la relance de notre secteur.

Justement, quelles sont les mesures pour relancer la primo accession ? 

L’accession a la propriété notamment pour les primo accédants est une préoccupation pour tous les acteurs du logement. Pour mémoire, les prix de vente et de coût à la construction ont plus que doublé en dix ans, ce qui a fortement désolvabilisé les accédants.

?À notre niveau, c’est en développant des programmes adaptes, avec des prix accessibles, en phase avec les modes de vie d’aujourd’hui que nous favoriserons l’accession à la propriété au plus grand nombre.??Les dernières mesures annoncées par le Premier ministre vont dans le bon sens (voir article ci-dessous)?- il y a tout d’abord les conditions de financement améliorées (notamment l’allongement du prêt à taux 0%).

?Il y a aussi la mise en place d’un nouveau dispositif d’investissement (loi Pinel). Cela peut surprendre, mais en relançant le marché de l’immobilier locatif, on relance le marché du logement dans son ensemble !?Un programme immobilier c’est un juste équilibre -50/50 habituellement en terme de surface – entre des logements vendus en locatif et des logements vendus en accession.?

Les premiers logements sont traditionnellement vendus à des investisseurs, ils sont nécessaires pour débuter les travaux et lancer une opération, les accédants s’engagent plutôt dans un second temps, quand les travaux sont en cours et quand ils peuvent visiter et se projeter.?Sans les premiers, impossible de lancer un programme, et donc de créer une offre pour les accédants.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Le festival Saônorités débarque avec une programmation éclectique…

Le festival Saônorités débarque avec une programmation éclectique…

Le festival Saônorités revient pour une nouvelle édition samedi 10 juin 2017 à l'Espace du marais à Saône. Huit concerts gratuits sont prévus avec les artistes et groupes : Ashtray, Lily Riposte,Alfred Massaï, Black Bottle, Hi Levelz, Gunwood, Opsa Dehëli, Sorg. Raphaël Lazzeroni, responsable et programmateur du festival Saônorités, dévoile les coulisses du festival. Interview.

Réchauffement climatique : « Nous gagnerons 4 à 5 degrés d’ici la fin du siècle »

Réchauffement climatique : « Nous gagnerons 4 à 5 degrés d’ici la fin du siècle »

Le Franc-Comtois Frédéric Parrenin, glaciologue et paléoclimatologue rattaché à l’Université de Grenoble, animera deux conférences sur les dérèglements climatiques à Audincourt le 25 septembre et à Ornans, le 26 septembre 2015. Ses recherches ont fait l'objet d'un article dans le New-York Times. Il répond aux questions de macommune.info.

Comment devient-on magicien ? Portait du Bisontin Filoo Justyn

Comment devient-on magicien ? Portait du Bisontin Filoo Justyn

Filoo Justyn est tombé dans la magie lorsqu'il avait… 34 ans ! Il nous parle de son parcours, de son intégration au cercle magique comtois, de sa spécialité le "Close Up"  et du 49e congrès français de l'illusion et championnat de France de Magie à Besançon du 1er au 4 octobre 2015…

Thise : Une nouvelle oeuvre géante bientôt visible du ciel !

Thise : Une nouvelle oeuvre géante bientôt visible du ciel !

Franck Bonneau s'est lancé dans un nouveau projet de land art. Après les merveilles de Vauban et un globe terrestre, il réalise, depuis le mois de mars, une oeuvre géante reprenant un motif de l'album "Equinoxe" de Jean-Michel Jarre à l'aérodrome de Thise. L'inauguration est prévue le 20 juin. L'artiste répond aux questions de Macommune.info.

Platex : « nous souhaitons vivement exporter aux Etats-Unis »

Platex : « nous souhaitons vivement exporter aux Etats-Unis »

Du 12 au 15 mai 2015, l'entreprise franc-comtoise Platex participe au salon de décoration et de design Maison & Objets Americas à Miami (Etats-Unis). Occasion de découvrir cette entreprise des Fourgs dans le Haut-Dous qui cherche à se développer à l'international. Nous nous sommes entretenus avec Virginie Revelly, directrice commerciale de Platex. 

Franck Dubosc : « Il n’y a plus de journalistes dans la salle maintenant. Je vais me lâcher ! »

Franck Dubosc : « Il n’y a plus de journalistes dans la salle maintenant. Je vais me lâcher ! »

Pour sa dernière tournée avec son spectacle "à l'état sauvage", Franck Dubosc a répondu à nos questions. L'humoriste qui se dit "plus corrosif, mais toujours gentil" sera à Micropolis ce jeudi 19 mars 2015. Il reste quelques places ne vente. Profitez-en car il l'a promis. Il va se lâcher à Besançon ! 

Hors-clichés : un festival qui « dégenre »

Hors-clichés : un festival qui « dégenre »

Du 26 au 28 février, des films marquants, rarement (ou jamais) programmés à Besançon, seront présentés au petit Kursaal, au FJT des Oiseaux et au cinéma Victor Hugo, autour du "bien-vivre ensemble" et de la lutte contre les discriminations homosexuelles. Le collectif XYZ et l'association La Malle des Indes en sont à l'origine et nous en disent plus.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.3
couvert
le 22/10 à 9h00
Vent
1.05 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
91 %

Sondage