Le festival GéNéRiQ débarque pour réchauffer les oreilles !

Publié le 12/02/2015 - 12:04
Mis à jour le 07/05/2019 - 16:55

Feu! Chatterton, Fakear, Carl Barât… Les têtes d’affiche du festival GéNéRiQ promettent des moments musicaux d’exception, entre pop anglaise, électro, hip-hop ou encore indie-rock. À Besançon, pas moins de 11 concerts se tiendront en quatre jours dans huit lieux différents. Le rendez-vous est donné du 12 au 15 février. Résumé avec Nicolas Simon de la Rodia.

Jour J

Macommune.info : Comment est né le festival ?

Nicolas Simon : « Nous célébrons cette année sa huitième édition. Il est organisé par Les Eurockéennes de Belfort, La Rodia (Besançon), La Vapeur (Dijon), Le Moloco (Audincourt),Le Noumatrouff (Mulhouse) et La Poudrière (Belfort). C’est la volonté commune de travailler ensemble qui nous a poussé à créer cet événement. L’idée était également de proposer quelque chose durant l’hiver, qui voit généralement peu de manifestations de ce type. Parmi nos objectifs de départ, il y avait aussi l’envie de faire tourner les artistes. »

Des concerts sont programmés dans le Musée des Beaux Arts, dans un appartement ou dans un local d'imprimerie. Sortir des sentiers battus : c’est le principe du festival ?

« La moitié des concerts se tiendront dans des petits lieux avec des petites jauges et une entrée gratuite. Le festival GéNéRiQ veut aussi faire sortir les concerts des grandes salles de musiques actuelles. À l’image de la soirée costumée organisée au Musée des Beaux Arts de Besançon, sur le principe des fantômes du Louvre. Les œuvres ont quitté le musée mais leurs âmes sont encore là. Pour l’occasion, on accueillera Thylacine (électro) et Ghost Culture (électro pop). »

Quels sont les artistes les plus attendus ?

« À Besançon, on recevra notamment Carl Barât (le 13 février, 20h30 à la Rodia, de 16 à 21 €), le co-fondateur des Libertines avec Peter Doherty. C’est devenu une référence dans le monde de la pop anglaise. Cela fait partie des bonnes surprises, nous ne pensions pas le recevoir à la Rodia. Il y aura aussi, lors de la même soirée, Feu! Chatterton, le groupe de rock français qui se distingue par ses paroles envoûtantes, à la limite du slam (également le 12 février à 20h à la Vapeur de Dijon, de 13 à 18€).

Sarh, composé de DJ Pone, l’ancien platiniste de Birdy Nam Nam, fait également partie des têtes d’affiche (le 15 février, à 20h au Moloco à Audincourt, 6 €) Tout comme Fakear qui est la référence électro du moment et qui cartonne un peu partout (le 12 février, à 20h30 à la Poudrière de Belfort, 10 à 16€ ou le 14 février à 20h30 à la Rodia à Besançon, 15 à 20€). Il s’était orienté à la base sur de la musique japonaise et électro. Il a depuis élargi ses horizons. »

Retrouvez toutes les dates sur Besançon ici.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

J’ai testé pour vous le film (et l’absinthe) « L’Interdite » à Besançon…

Le 7 octobre, le réalisateur bisontin Bertrand Vinsu présentera pour la première fois au public au cinéma Mégarama Beaux-Arts son dernier film documentaire L’Interdite, sur les traces de l’absinthe. Nous l’avons visionné pour vous… nous avons aussi goûter pour vous l’absinthe éponyme.

Détonation 2022 : un bilan positif, mais une édition en 2023 qui n’est pas garantie

Le festival Détonation s’est achevé dimanche 25 septembre après trois jours de concerts, de temps forts et de fête sur le site de la Friche artistique. Pas moins de 15.000 personnes étaient au rendez-vous de l’évènement et des concerts "Before". Pour Simon Nicolas, chargé de communication de la Rodia et du festival, "c’est bien, mais on ne garantit pas une édition en 2023". Explications.

Festival Détonation 2022 : Jour J !

Comme quelques heures avant chaque édition du Festival Détonation organisé par La Rodia, nous rencontrons Manou Comby, directeur de La Rodia et Simon Nicolas, chargé de communication, pour faire le point avant le début des premiers concerts. Et cette édition est particulière pour Manou Comby puisque dans quelques jours, il prendra retraite…

Concerts, spectacles, festival d’humour… Une nouvelle saison culturelle qui commence fort pour NG Productions

Le début de la nouvelle saison culturelle de NG Productions a démarré le 18 septembre dernier sur les chapeaux de roue avec un concert de Ninho à Dijon complet. La société de productions de spectacles bisontine, fondée par Hamid Asseila, a encore plus d’un tour dans son sac grâce à une programmation riche en humour et en musique. À noter également le nouveau festival Drôlement bien en janvier 2023 à Besançon…

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 17.57
couvert
le 07/10 à 18h00
Vent
0.9 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
79 %

Sondage