La députée du Jura Marie-Christine Dalloz (Les Républicains) poursuivie par la justice ukrainienne

Publié le 03/10/2015 - 09:22
Mis à jour le 03/10/2015 - 09:22

L'Ukraine a fait parvenir Marie-Christine Dalloz, députée Les Républicains du Jura, une l'accusant d'avoir violé le code criminel ukrainien en se rendant en Crimée, un territoire annexé en 2014 par la Russie.

dalloz_marie-christine_003.jpg
Marie-Christine Dalloz, 54 ans © carvy
PUBLICITÉ

Les autorités de Kiev lui reprochent sa visite en Crimée, un territoire occupé par la Russie, en juillet dernier, dans le cadre d'une délégation parlementaire. La notification signée du procureur de Kiev lui a été transmise cette semaine en marge de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe à Strasbourg, où elle siège en tant que représentante du Parlement français. 

Cette notification "m'indique que, dans la mesure où le territoire de la Crimée est +provisoirement+ annexé, je n'avais aucun droit de m'y rendre", a-t-elle précisé. "On m'accuse aussi d'avoir utilisé une ligne interdite", la liaison aérienne entre Moscou et Simferopol en Crimée, a-t-elle précisé. Selon la loi ukrainienne, ce déplacement illégal pourrait lui valoir entre 5 et 7 ans de prison, a-t-elle ajouté. L'élue n'ayant "pas l'intention" de se rendre en Ukraine prochainement et bénéficiant en France d'une immunité parlementaire, cette notification ne devrait pas avoir d'autres conséquences, a-t-elle relevé.

L'Ukraine avait annoncé fin juillet avoir interdit pour trois ans l'entrée sur son territoire à dix députés français ayant visité, malgré les protestations de Kiev et Paris, la péninsule ukrainienne de Crimée. Il s'agissait de la première visite en Crimée d'une délégation d'élus occidentaux de ce rang.

La Crimée a été annexée par Moscou en mars 2014 après l'occupation de la péninsule par des troupes russes et un référendum contesté, qualifié d'illégal par Kiev et les Occidentaux. L'Union européenne a pris des sanctions qui interdisent notamment les

activités touristiques en Crimée. Très médiatisée en Russie, la visite de deux jours de cette délégation a été dénoncée par le ministre français des Affaires étrangères comme une violation du droit international et par Kiev comme un "manque de respect" pour l'Ukraine. 

A l'issue de ce déplacement, l'un de ces députés, Thierry Mariani, député LR des Français de l'étranger, avait assuré que "la Crimée a toujours été russe". Mme Dalloz a pour sa part assuré n'avoir fait "à aucun moment de déclaration pro-russe ou pro-ukrainienne".

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Arrêté anti-pesticide : « Plus de 100 personnes mobilisées » en soutien à Emmanuel Cretin à Besançon

Emmanuel Cretin, maire de Nans-Sous-Saint-Anne avait pris (avec le vote favorable du conseil municipal) un arrêté anti-pesticide en octobre dernier. Convoqué ce 14 novembre 2019 suite à la saisine du tribunal administratif par le Préfet du Doubs, ce dernier estime que la mobilisation ce jeudi à Besançon est une "victoire".

Affaire Maëlys : l’avocat de N. Lelandais souhaite faire annuler le témoignage d’un ex co-détenu

Me Alain Jabubowicz a demandé jeudi 24 octobre 2019 aux magistrats de la cour d'appel de Grenoble d'annuler les déclarations d'un ex co-détenu de Nordahl Lelandais à Saint-Quentin-Fallavier (Isère) selon les informations de RTL et du Parisien. L'ancien militaire lui aurait avoué avoir violé et battu à mort la petite Maëlys.

Suppression des juges selon les scores LREM : Belfort s’indigne

Dans un article paru ce mercredi 23 octobre 2019, Le Canard Enchaîné prétend qu'avec la réforme de la justice, certains postes de juges d'instruction sont menacés d'être supprimés dans plusieurs villes... Des villes où le parti de la majorité, LREM, n'a pas des bons scores, comme à Belfort. Dans la ville du Lion, on s'indigne...

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.42
légères chutes de neige
le 18/11 à 6h00
Vent
2.7 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
99 %

Sondage