Alerte Témoin

La Loue est passée au peigne fin: diaporama

Publié le 21/07/2010 - 09:24
Mis à jour le 21/07/2010 - 09:24

Sur la demande de l’Etat, un recensement des poissons de la Loue a débuté hier, suite à la surmortalité des poissons constatée ces derniers mois. Pour se faire, l’ONEMA (Office National des eaux et des milieux aquatique) réalise des pêches électriques sur 4 sites, tous situés dans le Doubs : Vuillafans, Cléron, Lombard et Mouthier-Hautepierre


































Grâce à une opération de cette envergure, on va enfin pouvoir savoir ce qu’il en est vraiment quant à la pollution de la Loue dû aux cyanobactéries. Bien que les derniers prélèvements de l’eau se sont voulu rassurants, un état des lieux précis est nécessaire pour connaître l’impacte réel de la pollution sur la faune et la flore de la Loue.

L’opération a débuté hier et se poursuivra aujourd’hui et demain. Le dernier recensement piscicole de cette ampleur date des années 98. Les chiffres obtenus cette année là, seront la base de comparaison. On pourra donc précisément savoir si la surmortalité constatée par les pêcheurs est exceptionnelle ou au contraire chronique.

Les causes seront impérativement recherchées, plusieurs hypothèses sont émises: le sel déversé sur les routes cet hiver, la météo,  les pollutions domestiques et industrielles, le traitement des maïs, les rejets occasionnels d'eaux d'assainissement rejetées par les stations de retraitement situées en amont de la rivière. Rien n’est laissé au hasard.

La technique

Pour réaliser ce recensement, l’ONEMA (établissement public national qui dépend du ministère en charge du développement durable) pratique la pêche électrique en cours d’eau

Elle consiste à faire passer un courant électrique de faible intensité dans l’eau à l’aide d’une anode terminée par un anneau alimentée par un générateur. Le courant électrique agit sur les fibres nerveuses du poisson comme un excitateur ou comme inhibiteur suivant la position de ce dernier. Il effectue une nage forcée en direction de l’anode où il peut ensuite être capturé.

Il est important de préciser, que cette technique de pêche n’est utilisée que pour réaliser des études sur les peuplements piscicoles. Cette méthode n’a donc qu’un but scientifique. Les poissons après avoir retrouvé leurs « esprits » et après avoir été ré-oxygénés sont relâchés dans leur milieu naturel.

Les poissons sont ensuite triés, comptés, mesurés, pesés et éventuellement bagués. Par exemple, hier en fin d’après-midi, les techniciens de l’ONEMA ont pêché une truite de 45 cm pesant 920g et un Ombre de 43 cm pesant 770g.

L’état sanitaire des poissons est évalué. Toutes ces données, permettent donc d’évaluer précisément l’état biologique du milieu.

Une telle opération nécessite une grande organisation, de la prudence et beaucoup de techniciens. Cinquante agents de l’ONEMA étaient et seront sur le terrain, vêtus de combinaisons étanches pour ne pas être électrocutés lors du passage du courant électrique.

Le président du conseil général, Claude Jeannerot, était sur place, ainsi que des élus de la Vallée du Doubs comme Jean-François Longeot (maire d'Ornans), pour saluer le travail colossal effectué par tous les techniciens.

Les premiers résultats devraient être connus dès l’automne prochain.

Par ailleurs, Jean-Michel Zamitte (délégué interrégrional de l'ONEMA) indique qu'il y a toujours très peu de poissons ... pour cette deuxième journée.


































Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Peut-on faire pousser un palmier en Franche-Comté ?

Avec l'été qui approche à grands pas vient l'envie de retourner dans son jardin. Et même en Franche-Comté, certains d'entre nous rêvent pour leur espace vert de bambous, cactus, bananiers, palmiers et autres plantes exotiques. Problème : ces végétaux originaires de pays chauds pourront-ils s'adapter au climat régional peu clément une fois l'été passé ? maCommune.info vous donne ses conseils pour réussir à créer et garder en vie votre jardin exotique…

Touche pas au blaireau

EELV Bourgogne-Franche-Comté s'inquiète de la chasse sous terre au blaireau. Le parti explique que 49 consultations publiques sont en cours pour des projets d'arrêtés qui prévoient d'autoriser, pour la saison prochaine, la vénerie sous terre. Les départements de la Nièvre, la Côte d’Or, le Doubs et la Saône-et-Loire sont concernés 

Risque de sécheresse pour 53 départements

Plus de la moitié des départements français sont exposés à des degrés divers à un risque de sécheresse estivale, selon une prévision rendue publique jeudi par le ministère de la transition écologique et solidaire, qui veut ainsi améliorer l'anticipation à ce phénomène. La Haute-Saône fait partie des 11 départements où le risque est "très probable". Dans les autres départements de Bourgogne-Franche-Comté, le risque est "probable".

EELV Bourgogne Franche-Comté réclame l’arrêt des subventions à l’aéroport de Dole-Tavaux

Europe-écologie les Verts Bourgogne Franche-Comté estime que la crise sanitaire du Coronavirus "oblige à repenser l’avenir" et demande l’arrêt de toutes les subventions "à la gabegie financière, écologique et sociale de l’aéroport de Dole-Tavaux." Le parti pense qu'il serait "plus opportun de réaffecter ces subventions à l’amélioration des lignes ferroviaires..."
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.12
ciel dégagé
le 02/06 à 6h00
Vent
0.83 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
87 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune